Mercyless - Abject Offerings

C’est après un Unholy Black Splendor (2013) de bonne qualité que Mercyless revient sur la scène Death, retour en force confirmé avec signature avec le Label Great Dane Records qui permet à Mercyless de publier une seconde fois l’album qui les a faits connaitre au grand public: j’ai nommé Abject Offerings réédité avec une pochette alternative.

Rappelez vous… Nous sommes en 1987 et la scène Death Metal Française n’est qu’à ses balbutiements avec l’émergence des premiers groupes comme Loudblast, Agressor, Massacra et bien sûr Mercyless qui galère et arrive tant bien que mal à se faire connaitre grâce à ses trois démos Immortal Harmonies, Visions From The Past et Vomiting Nausea publiées respectivement entre 88’ et 90’. Ces démos, malgré leurs qualités de son assez restrictives, amèneront Mercyless à publier sa première galette en 1992.


Que dire? La version re-masterisée nous permet de mieux apprécier le talent naissant du groupe. Dès l’introduction démoniaque et les premiers accords de « Abject Offering » nous sentons une nette différence par rapport à la version originale. Sa violence mêlant rapidité, technicité mais aussi mélodies angoissantes nous rappelle les premières heures de gloire de Death et de Morbid Angel. S’ensuivent des premières notes tapées de « A Message For All Those Who Died » où l’adrénaline monte d’un cran grâce la voix gutturale profonde de Max Otero qui délivre un message à tout ceux qui sont morts. La structure du morceau est quant à elle progressive à souhait. Les structures mid tempo s’accélèrent au fût et à mesure ce qui permet aux riffs qui, bien qu’agressifs, de rester en tête.

« Substance Of Purity » ne fera pas exception à la règle. Une mélodie vicieuse en guise d’introduction, qui voie son tempo s’accélérer pour arriver aux blast-beats. Une claque ! S’ensuit « Flesh Divine » qui nous surprend par sa hargne et rapidité qui ne retombe presque jamais. Le morceau commence par des aller-retours qui sont très vite accompagnés d’une batterie lourde et épaisse. Ce morceau est d’une très grande richesse. En effet, le mélange mid- tempo et tempo rapide nous montre la capacité du groupe à alterner le ton de ses morceaux. C’est également le même scénario qui se produit au solo qui associe solo rapides et plus lents… Un titre que nous sommes plus aptes à apprécier grâce à la version re-masterisée. « Unformed Tumours » arrive sans que nous nous rendions compte, mais nous marque par son aspect plus mélodique. Le solo est également très travaillé combinant diverses techniques de guitare comme les descentes rapides et le tapping. C’est un titre taillé pour la scène que nous présente Mercyless où les spectateurs s’éclateront les cervicales avec joie pendant le break assassin. « Burned At The Stake » reste dans la lignée de ce que nous avons pu entendre précédemment. Ce sont des riffs en allers- retours qui nous brûlent le crâne dès l’introduction avec un tempo très élevé. Mais le tempo re-descend avec un riff en mid tempo en guise de refrain. Et bien sûr, nous avons droit à des parties mélodiques et un solo au vibrato dont seule la formation connaît le secret. Enfin l’album finit en beauté avec un « Selected Resurrection » qui peut être considéré comme une synthèse de l’album bien que la structure diffère des autres morceaux. Les mélodies sont lourdes, angoissantes, teigneuses et à dominante mid-tempo.

Cette réédition est-elle une arnaque ou une affaire? Nous penchons vers la deuxième option. Le son re-masterisé chez Jipuille de St Loup nous offre un album culte du Death Metal français enfin honoré par une qualité de son digne de cet excellent groupe trop sous-estimé.