Neurosis - Fires Within Fires

31 ans d’ existence et le combo d’Oakland perpétue la légende de son Post Rock/Post Hardcore avec un tout nouvel album baptisé Fires Within Fires. Véritable référence d'un style dont ils furent quelque part les géniteurs, Neurosis a toujours su innover, faire de sa musique un élément en perpétuelle évolution, tantôt sombre, puissante, atmosphérique et très réguliérement dans un registre lent ou mid tempo afin de bien appuyer sur le côté massif et hypnotique de leur univers. Neurosis s’est investi au fil du temps dans sa musique au point de ne faire plus qu’un avec elle,  difficile de dire à ce jour qui est l’émanation de l’autre. Fires Within Fires confirme que la flamme est encore bien là et que le propos de Neurosis a encore de beaux jours devant lui.

Line Up

Scott Kelly - Guitars & Vocals 

Steve Von Till - Guitars, Vocals, Filters & Textures 

Dave Edwardson - Bass, Moog Synthesizer & Space 

Noah Landis - Organ, Piano, Samples & Atmosphere

Jason Roeder - Drums
 
 

Fires Within Fires se compose de cinq pièces musicales flirtant presque toutes avec les sept minutes (mention spéciale à Reach et ses dix minutes intenses...). Comme à son habitude Neurosis laisse le temps aux atmosphères de s’insinuer en nous, de laisser les climats s’emparer des lieux. 
D’entrée ce qui frappe réside dans le son, beaucoup plus direct, plus cru en comparaison de celui par exemple de Honor Found In Decay (2012). Celui-ci nous ramènerai plutôt à l’époque de Given To The Rising (2007) avec une sonorité globale redevenu plus froide, rugueuse et anxiogène, comme sur Rites Of Ascension, le premier album de Mammoth Storm pour vous donner un point de comparaison.
« Bending Light » ouvre le bal de ce cérémonial nocturne la fuzz en avant. C’est lourd, c’est sombre, c’est rageur... Qu’il est bon d’écouter Neurosis dans cette mouvance! 
« A Shadow Memory » et « Broken Ground » se font plus introspectifs, les guitares jouent presque timidement pour un rendu émotionnel époustouflant.
Tour à Tour plaintives ou rageuseuses, les voix se posent sur les instrumaux comme autant de coup de massue assurant à chaque phrase son quota de fureur et de désespoir.
« Fire Is The End Lesson » amène lui aussi son lot de mal-être. Le riff principal, répétitif et massif se décline quasi à l’infini et retrouve sa "respiration" dans un pont instrumental oscillant entre des ambiances déliquescentes et un psychédélisme effréné. Une réussite absolue pour qui aime se délecter dans ses climats obscurs et tortueux.
Fort de ses dix minutes, « Reach » impose son climat glacial, oppressant, tout en progression et à l’intensité d’autant plus retenue qu’elle en devient au fil du titre hautement malsaine et obsédante, se jouant du paradoxe d’éprouver une étrange quiétude, aspiré que nous sommes dans la noirceur et la mélancolie la plus totale de ce titre.

Fires Within Fires est un album sombre, âpre mais néanmoins lumineux par les idées développées et les atmosphères qui s’en dégagent, même si il s'avére qu'il n’est pas fondamentalement novateur, ce dernier replace Neurosis dans un concept audacieux où l'expression d'un groupe retrouvé se fait clairement sentir, permettant à cet univers si personnel de rayonner à nouveau.