No Fatality - The First Scream

Enregistré à The Bosshog studio durant l’été 2010, le groupe Belge No Fatality nous propose un Metal mélangé entre le Heavy et le Power. Ce premier EP The First Scream est à écouter, très prometteur.

Fiche Technique :

No Fatality est un groupe de Heavy/Power Metal de la région de Tournai. Le groupe s’est formé en 2007 et se compose de 5 membres.
Il joue son premier concert en avril 2008. Pendant 2 ans, le groupe va d'abord commencer à défendre ses premières compositions sur différentes scènes de la région.
En juillet 2010, No Fatality enregistre son premier EP 5 titres "The First Scream". Cet EP témoigne de l'évolution du groupe vers un style musical plus riche et plus abouti, alliant à la fois mélodie et puissance. Il permet au groupe d'être lauréat au concours Puredemo en 2010 et au Concours Circuit en 2011.
En 2012, il joue sur la scène du Power Prog & Metal Festival aux côtés notamment des groupes Accept et Sonata Arctica.
Le groupe travaille actuellement sur l'écriture de son premier album et poursuit son évolution.

Line-up :

Callewaert Michaël (Guitare)
Callewaert Gaël (Chant)
Carbonnelle Géry (Batterie)
Carette Jérome (Guitare)
Delrue Fabien (Basse)

L’EP The First Scream se décompose en 5 titres, Metalliance en est le premier. Pourquoi commencer cet article sur une note chronologique ? Tout simplement parce que ce premier morceau pose tout de suite et incontestablement les bases d’un power metal qui nous rappellera sans difficulté un de ces petits groupes… le nom m’échappe… Pantera.

Gros poisson me direz-vous, c’est vrai, mais le timbre de la voix de Gaël nous fait immédiatement penser à Phil Anselmo. On notera donc en premier point cette première influence.

Riffs assez classiques côté guitares/basse, une base de batterie entrainante et comme nous venons de le découvrir, une voix claire, écorchée, agressive.
Il semble important d’insister sur cette maitrise vocale, une  bonne performance, très professionnelle et qui semble naturelle.

Ce qui attirera notre attention sur cet EP, ce sont les refrains efficaces et des changements de structures amenant de beaux solos, il faut le dire, (bien ancrés dans la logique de la chanson et non pas une démonstration de techniques qui dénote totalement de la pensée du groupe). C’est donc une bonne mise en bouche, une claque… appelez ça comme vous le voudrez.

Sur ces changements de rythme, peut être pourrons nous nous risquer à citer la face progressive du groupe. Mais contrairement à ce que l’on pourra lire sur internet, je ne poserai pas l’étiquette prog qui pour moi n’est pas appropriée au style que le groupe fait ressentir.
Des solos harmoniques, comme sur Berserker ou Jack the Ripper. Solos de guitares qui apportent une touche de sensibilité, appréciable. Les différentes pistes amènent à la fois une atmosphère violente mais aussi mature, avec de vraies expressions dans la musique.

Côté influences, le groupe nous indique avoir été sous l’emprise de Sabaton, Iron Maiden, Metallica, Hammerfall ou encore Judas Priest.

On trouvera sur le troisième morceau, Jack the Ripper, une intro assez retro qui en charmera plus d’un. Ce morceau illustre assez bien le côté mature et sentimental que nous venons de citer. Le refrain prend au coeur, le message passe nickel.

Dans l’ensemble le mixage et la qualité son sont bons, chose appréciable pour un premier EP.
Les instruments se complètent bien mais gardent leur indépendance, comme la basse que l’on pourra retrouver régulièrement.

Opium est un morceau intéressant, tout d’abord par la batterie percutante et plus rapide et le refrain où l’on retrouvera une voix aigu en arrière plan, qui donne une dimension différente de ce que le groupe nous avait jusqu’alors proposé.

Petit point noir, le son utilisé par les guitares solos apporte une touche un peu étrange par rapport au reste du mixage. Je pense notamment à ceux présents sur le titre Opium et Screaming in the Night.

Le dernier morceau de cet EP Screaming in the Night commence sur un riff bien heavy. On retrouvera également sur ce morceau l’utilisation de double pédale (qui fait beaucoup de bien).


C’est un gros potentiel et une bonne démo que No Fatality nous offre ici. Le groupe bosse sur l’écriture du premier album. Soyons patients, cela semble prometteur. Je vous invite d’ailleurs à écouter trois de leurs titres en écoute libre ici et à les suivre sur leur page Facebook que vous trouverez en bas de cet article. 

L’équipe Metal Cunt souhaite le meilleur pour le futur du groupe.