Overdrivers - Rockin

Révélée au Betizfest 2016, la formation de Hard Rock « Autralien » Overdrivers n’était pas à son coup d’essai ! En effet, forte de nombreuses prestations live, elle avait réussi à nous concocter un show explosif au Palais des Grottes. Mais l’ambition ne s’arrête pas là puisqu’elle vient tout juste de sortir son tout premier album: Rockin’ Hell ! Et l’on sait d’emblée que cet album ne te laissera pas indifférent ! 

On ne va pas y aller par quatre chemins. L’ensemble est assez impressionnant pour une formation qui présente son premier objet. Il met à jour une production qui développe une ambiance dynamique digne d’un show qui se produirait sur la Main Stage 1 du Hellfest dès « Rockin’ Hell ». Le tout se veut donc très propre, et les guitares saturées d’Anthony et d’Adrien sont bien dosées comme il faut. 

Ce Rockin’ Hell pue le AC/DC et le Airbourne à des kilomètres, c’est vrai… C’est la voix d’Adrien, elle nous fait trop penser à Bon Scott. Écoutez donc « Hot Driver », vous verrez bien ! C’est à dire que le bonhomme chante avec ses tripes, et l’on imagine ainsi le charisme dont peut faire preuve ce bonhomme sur scène. Mais jamais le groupe n’a jamais voulu plagier. Ça se ressent dès qu’on écoute « Bertha Rottenfold » et « Hard Rock Hard Life Hard Night », c’est la spontanéité et l’honnêteté qui priment. Trois accords, un refrain et des choeurs taillés pour la scène et qui restent en tête, et c’est dans la poche ! Les Overdrivers semblent avoir trouvé leur recette du succès. 

Bien sûr, Overdrivers va jusqu’au bout dans sa conception du Rock n’ Roll. Les membres ne se prennent pas la tête, et traitent de sujets qui leur tiennent à coeur, et qui nous tiennent à coeur… La débauche sexuelle sur « Hot Driver », « Dirty Girl Island », « Girls Gone Wild », « She Hides A Big Packet » et « Hot Driver », la vie sur la route et les autres petites choses qui résument la vie d’un Rockeur sur les titres « Hard Rock Hard Life Hard Night » et « Rock Your Life » ! Le tout est marqué d’une légèreté dont devraient s’inspirer les autres groupes. 

Parce que la musique des Overdrivers n’est pas bornée, ces bons-vivants n’ont pas eu peur de s'approprier l’ensemble des tonalités de la musique Rock. Pendant que certains titres comme « She Hides A Big Packet » seront sans doute à l’origine de grosses parties de Headbang, d’autres sont plus calmes en apparence comme « Hot Driver », un titre qui respecte les conventions du Blues Rock: une basse et une batterie groovy, une voix plaintive et vicieuse à la fois, et une guitare qui se veut pleine de nuances. 

L’album n’est ni trop long, ni trop court. Et ça en fait son dernier point positif. En effet, le groupe va droit au but, il branche sa guitare, joue quelques solos décoiffants, la débranche, et la repose dans sa flight-case comme si de rien n’était. Vas-y, c’est 100% naturel ! 

Overdrivers était inconnu, il y a encore un mois. Mais ce premier opus et leurs nombreux concerts prévus risquent de changer la donne prochainement ! Vous n’avez décidément pas fini d’entendre parler des Overdrivers ! À bon entendeur !