Overwind - Illustrator

C'est bien la première fois que je tombe sur un album tout droit venu du Russie ! Le groupe Overwind nous offre leur premier album Illustrator qui nous est arrivé grâce à M&O music. Peu d'informations sur le groupe circulent sur internet, alors pour vous le présenter j'ai du chercher deux trois infos à droite à gauche. Ce groupe présenté comme rock-metal prog sort manifestement sa première galette 10 titres. Voici le line up que j'ai trouvé, en espérant ne pas écorcher les noms !

Line up :

Alexander Chumakov : Voix
Anton Emelyanov : Guitare
Misha Gigava : Basse
Sergey Krasnozhen : Batterie

On démarre très vite dans un metal prog/indus, qui me fait vivement penser à Porcupine Tree pour le côté prog et à Rammstein pour ce qui est de la touche indus. La voix d'Alexander est elle plus proche d'un heavy power. Le titre Giant Leap apporte rapidement des bases très progressives dans la sonorité, proches également d'un Dream Theater. Cela malgré un titre de 4minutes. Anton Emelyanov nous offre par la même occasion soli et maîtrise très remarquée de son instrument.

Si le côté prog d'Overwind est important, la formation ne se contente pas de rester insensible aux touches modernes et très industrielles amenées par un synthé présent sur l'ensemble de l'album.

On comprendra mieux tout au long de l'album pourquoi on essaie de catégoriser la formation dans du prog, alors qu'honnêtement... la forme n'y est pas vraiment. Cependant, ce sont ces sonorités ouvertes qui font très vite penser à ce style. Grâce à des structures changeantes et un panel de son assez important. D'ailleurs, le titre éponyme Illustrator viendra confirmer cet impression avec le morceau qui... « illustre » avec efficacité l'hybride présent au sein de cette production (tout comme Daily War).

On apprécie également la puissance apportée par Sergey Krasnozhen avec une double pédale que l'on retrouvera fréquemment. Par ailleurs, l'ensemble instrumental est exécuté avec brio, malgré les structures complexes. Rien de spécial à redire sur la prestance vocale d'Alexander (avec son timbre de voix caractéristique et précis). Mais peut-être vous posez vous la question de savoir dans quelle langue il chante ? Je vous rassure, c'est dans un Anglais parfait que s'exprime Alex. Pas de consonance Russe, c'est propre. Mais par curiosité je n'aurai pas craché sur un titre exclusivement Russe.

On avait cité Porcupine Tree précédemment, (groupe cher à mon cœur grâce à ce monsieur à lunettes Steven Wilson). Le solo présent sur Justice for Sale est « très » Porcupine, avec des techniques très familières au registre.

Honnêtement, Illustrator est un album qui s'écoute sans problème, les titres apportent tous un petit quelque chose et la musique est accessible. Même à la première écoute, les touches au synthé peuvent surprendre. J'aime bien le côté mixte mis prog mis indus qui est redondant. Les Russes jouent sur ces deux terrains avec efficacité.

De plus je ne pourrai qu'applaudir la maîtrise de tous les musiciens même si je n'ai pas pu admirer comme il se doit le jeu de Misha qui était un peu en retrait dans le mixage mais qui s'illustre avec talent sur Broken Spell.
On trouve également quelques titres moins violent tout comme l'excellent Crystal Prison qui annonce avec brio la transition vers la fin de la production. 
Le dernier morceau Overwind marque pour la dernière fois la maîtrise instrumentale et pour cause, ce titre est exclusivement instrumental...

Overwind est un groupe prometteur, avec un potentiel monstre. Le croisement entre indus et prog rend la formation Russe très intéressante. Ce premier album est pour moi rangé dans ma fameuse liste « meilleures sorties 2014 » recensant tous les petits groupes que j'ai reçu via Metal-Cunt. Un plaisir de l'avoir chroniqué et de le réécouter !