Penitence Onirique - V.I.T.R.I.O.L

Le Black Metal français n’a plus rien à prouver, et à la chance de regorger de nombreux groupes talentueux. Les franciliens de Penitence Onirique ne sont pas là pour déroger à la règle. Ils sortent leur premier album sobrement intitulé V.I.T.R.I.O.L  en cette fin d’année 2016, via la branche Emanations du label Les Acteurs de l’Ombre. Ce duo français, très mystérieux, prodigue un Black Metal Esotérique qui ne laisse pas indifférent. 

Line-up :

  • Bellovesos – Instruments
  • Diviciacos – Paroles et chant

 

Quand on parle de Black Metal il y a différents genre, ici oubliez le côté ultra malsain, froid et sale. Penitence Onirique nous berce plutôt dans un Black Metal Esotérique avec de grosses mélodies, une ambiance très noire et lourde, tout en mélancolie. Avant de parler de musique, attardons-nous sur la pochette de cet album V.I.T.R.I.O.L magnifiquement réalisé par Mathieu Voisin, qui selon moi est en complète adéquation avec la musique que délivre Penitence Onirique. Un univers froid avec ce portail au milieu qui attire l’œil et amène une certaine beauté dans la mélancolie ambiante. Justement ce premier album des français insiste sur ce côté mélancolique, accentué par un chant criard qui sublime les morceaux. Une petite parenthèse sur les textes qui méritent réellement le coup d’œil. Un véritable travail de fond comme de forme a été réalisé. Pour le fond, les paroles en français sont recherchées, chaque mot est bien choisi et au final délivre un message fort qui sublime la musique du groupe. Du côté de la forme, on a un sens très poétique avec des rimes et des vers très bien construit. De par la musique en premier lieu, et par les paroles, si on les lit, on entre complétement dans l’univers du groupe. On est souvent à la limite de retenir son souffle sur toute la durée des morceaux. D’ailleurs du côté de la longueur de l’album et des morceaux on a aussi une belle prestation, puisque ce premier méfait dure environ quarante-sept minutes pour une totalité de cinq titres. C’est vous dire la longueur moyenne des morceaux. Mais ceux-ci sont loin de s’éterniser et d’être monotones, au contraire, c’est cette durée qui nous permet d’entrer totalement dans la musique de Penitence Onirique et de se laisser transporter pleinement dans leur Black Metal. Notons aussi que l’album commence directement sans intro, il faut attendre le troisième morceau « Le Sel », qui d’ailleurs est le plus long de l’album avec ses presque onze minutes, pour que le groupe ralentisse et fasse une intro calme et pesante.

Du côté du son général de l’album là aussi il n’y a rien à redire, la production est ultra claire et tranche avec le côté parfois plus « underground » d’un Black Metal plus malsain. Tout ici est audible et cela permet d’être transporté par la musique de Penitence Onirique. V.I.T.R.I.O.L est un album très véloce où les mélodies et les trémolos de guitare n’en finissent plus de nous envouter, le tout conforté par une batterie qui tient une place très importante. Appuyant souvent les guitares dans le développement de la chanson, la batterie ne se contente pas d’une simple rythmique de fond. À la fois précise et violente elle donne une dimension supplémentaire à la mélancolie et à la beauté délivrée par les autres instruments.

En clair, les français nous sorte un premier album à la fois violent, torturé et mélodique, mais dans lequel on trouve une certaine beauté d’un point de vue de la noirceur et de la mélancolie. Au final peu importe les connotations de leur Black Metal, Penitence Onirique nous délivre avec V.I.T.R.I.O.L un album proche de la perfection.