Phased - Aeon

 

Auparavant dans le stoner pur et dur, les suisses de Phased donnent désormais dans le doom psychédélique. Après trois albums et une compilation, des concerts au Up In Smoke Festival, Doom Shall Rise ou en première partie de Mastodon, Orange Goblin et Spirit Caravan, Aeon s'annonce comme leur album le plus lourd.

Line-up :

Chris Sigdell (chant, guitare)

Marko Lehtinen (batterie)

Harald Binder (basse)

Des albums il en sort des milliers tous les jours dans tous les styles et il est bien difficile de se faire remarquer.

Si le nom de Phased ne vous dit rien c'est bien par ce que les suisses risquent d'avoir bien du mal à se faire remarquer et ne l'ont pas encore fait même si Aeon est disponible depuis le 27 Novembre dernier.

Il faut dire que le trio est résolument classique dans tous les aspects de sa musique. Le son fuzzy, ces riffs lourds et psyché. On pense forcément aux maîtres incontestés du genre, Black Sab n'est jamais loin (« Burning Paradigm », « Etched »...). Tout comme Electric Wizard, peut être le fils spirituel du Sab le plus fou, notamment dans le son.

L'une des seules « surprises » vient du chant de Chris Sigdell, désincarné, constamment noyé d'effets en tout genre et au fond du mix. Les vocaux ont par conséquent un aspect très prophétique bien que celui ci se fasse presque black metal sur « The Atavistic ». Certains penseront assurément à Lee Dorian (Cathedral, ex Napalm Death) et son ton rampant et dépressif.

Ce cruel manque de personnalité fait que l'on a du mal à rentrer dans ces titres résolument classiques qui sans être dénué de qualités ont bien du mal à apporter de l'eau au moulin du doom actuel qui regorge de bonnes formations. Musicalement difficile de voir autre chose qu'un énième fils du dieu Black Sabbath, alors les fans de doom on ne peut plus classique et psyché peuvent clairement trouver leur compte mais Phased malgré toutes ces qualités n'est qu'un groupe de plus.

Une impression d'autant plus renforcée par la plage bruitiste de cinq minutes « Into The Gravity Well », qui loin de créer un univers purement "sonore" nous laisse juste sur cinq minutes d'ennui mortel. Bel effort de vouloir créer des ambiances uniquement par le son et les effets mais n'est pas Sunn O((( qui veut.

Alors rien de scandaleux, le groupe cherche juste à se faire plaisir et certaines choses sont assez réussies tout au long de Aeon (la production colle parfaitement à l'esprit du groupe). Mais impossible de passer sous silence le classicisme déroutant et le manque d'inspiration générale qui y règne. Si vous êtes fan inconditionnels de doom, peut être trouverez vous votre compte dans ce nouvel album de Phased, dans le cas contraire passez votre chemin sans hésiter.