Promethean - Aloades

Partants pour un voyage des plus épiques en pleine mythologie grecque, à endurer la colère des dieux et la puissance destructrice de leurs pouvoirs ? Si un tel programme vous intéresse, le premier effort des parisiens de Promethean, nommé Aloades, devrait amplement vous satisfaire. Pratiquant un Death Metal symphonique grandiloquent et rageur, la formation présente un EP de 4 titres explorant le mythe des Aloades, deux frères jumeaux ayant attiré le courroux de Zeus et condamnés à rester enchaînés à une simple colonne en plein coeur des Enfers. Mais laissons le jeune groupe nous conter cette fameuse histoire !

Line-Up :

Nicolas Cardoso - Vocals

Matthieu Cardoso - Guitars

Gaëtan Marquer - Guitars

Dino Dieleman - Bass

Axel Hurard - Keyboards

Leo Godard - Drums

Avec un tel scénario et une aussi belle illustration, représentant les fameux Aloades attachés à leur pilier, purgeant leur peine divine dans un paysage des plus apocalyptiques, on ne pouvait que s'attendre à ce que Promethean nous immerge de suite dans leur univers. Bingo ! Les premières secondes du morceau initial, "Le Supplice des Aloades", apportent leur lot de guitares et de symphonies épiques, comme survenues des cieux pour faire entendre leur colère. Le rythme s'affole rapidement, la batterie impose sa hargne aux autres instruments et les premiers gros riffs déboulent à vitesse grand V. Une aventure qui commence sur les chapeaux de roues, avec une cadence qui ne laisse aucun répit à l'auditeur. Le groupe maîtrise à la perfection les variations de rythmes sur ce premier morceau, ne ralentissant le pas que dans le but de venir nous assommer encore plus fort derrière, comme sur ce fameux interlude instrumental qui ne laissait peu présager du matraquage en règle qui suivrait et qui viendrait conclure avec brio le titre.

Un peu plus de quatre minutes de musique suffisantes pour nous dire que Promethean n'est pas là pour faire de la figuration. Ayant montré sur ce premier titre sa capacité à apporter un très bel équilibre dans la présence de chacun de ses instruments, notamment les guitares et les ambiances symphoniques, le groupe ne va pas tarder à nous le confirmer avec "Niobides", un titre résolument destructeur et aux cadences une fois de plus infernales. Le riff introducteur met en avant des guitares qui savent se montrer techniques quand il le faut, avant que les claviers ne déversent leurs atmosphères apocalyptiques sur fond d'accords dissonnants et de double pédale. Le chant se montre surpuissant et parfaitement adapté à la musique, n'hésitant pas à varier entre le growl et le chant hurlé selon les passages, comme pour illustrer à lui seul la colère et la frustration des Aloades contre leurs geôliers. Une rage qui se fera entendre jusqu'aux hauteurs de l'Olympe grâce à un final à l'image du titre précédent, explosif et qui ferait frissonner Zeus en personne.

"The Plague" va embarquer avec lui sa lourdeur et son atmosphère suffocante, digne d'une ambiance de fin de monde. La double pédale s'en donnera à coeur joie, les guitares joueront de leurs rythmes saccadés et autres pickings et les claviers napperont comme toujours cette scène de désolation de leur magnifiques envolées. La tension montera d'un cran dès la reprise du riff principal en fin de chanson, les symphonies montant en puissance, la voix se montrant encore plus possédée qu'à l'accoutumée et les guitares reprenant leur travail de destruction (un passage qui a fait ses preuves en live, croyez-moi !). La première partie de "A Forbidden Symphony" mettra une nouvelle fois à rude épreuve les musiciens avant que la composition ne se fasse plus ambiante, plus majestueuse sur la fin. Les tourbillons de notes et les breakdowns écraseront l'auditeur de leur puissance, pour mieux l'envelopper des atmosphères apocalyptiques du sextuor sur un final des plus réussis.

Un premier EP brillamment composé de la part de Promethean, et qui donne déjà un très bel avant-goût des ambitions et du potentiel du groupe ! Ce dernier développe à fond son univers grâce à des ambiances magnifiques, chaque instrument trouvant aisément sa place dans les morceaux. Hors de question de s'ennuyer tant le rythme est soutenu et les atmosphères accrocheuses : Promethean nous immerge sans problème dans son monde et il le fait avec passion. Un groupe à surveiller de très près pour la suite et qui risque de faire des vagues sur son passage !