Recueil Morbide - Morbid Collection

La Franche-Comté, connue pour posséder le village le plus froid de France est aussi un bastion du metal, par sa multitudes de salles de concerts, d'associations et d'acteurs de la scène. L'un des pionniers local est Recueil Morbide qui assume fièrement sont identité en choisissant un nom de groupe français. Formé en 2000 le combo sort rapidement deux démos puis sont premier album Hurts By Human Race en 2002 qui va déclencher une avalanche de louanges de mes confrères chroniqueurs. Le second album Waste Of Sense sortira en 2006 puis le troisième A Neverending Fight en 2008 qui verra Monsieur Julien Truchan (Benighted) officier sur tout l'album en tant que chanteur/remplaçant. Suite à cette sortie RM vois arriver en son sein deux nouveaux membres qui sont Jérôme au chant et Johan à la basse. Le line-up étant terriblement solide c'est Only Hate Left qui défraie la chronique en 2011, puis ce début 2015 est marqué par Morbid Collection avec l'intronisation de Will en second guitariste.

Line-up:

Jérôme (chant)
Sylvain (batterie)
Johan (basse)
Marc (guitare)
Will (guitare)

On va commencer sur l'aspect le plus brutal du disque, le son: l'accent a particulièrement été prononcé sur ce point, ce qui sert complétement la cause du groupe et offre une dimension hallucinante aux morceaux (K-sound studio Vs Kohlekeller studio). Jérôme assume parfaitement sont rôle de frontman et fourni un travail vocal monumental en étant d'avantage présent qu'auparavant et n'hésite pas à varier les plaisirs entre growls bien gras et chant typé black. Le groupe se paye même le luxe de petits passages en voix claires (de la part de Khole qui n'est autre que le producteur) ce qui n'affectera en rien la brutalité de l'album mais lui ajoutera une touche d'intensité. Musicalement parlant c'est de la chirurgie dont il s'agit, rien n'est laisser au hasard et paraît tellement plus abouti qu'auparavant. Avec beaucoup plus de petites mélodies qui accrochent le cerveau et une multitude de subtilités qui font la richesse de ce disque pour en faire un monument du genre. Compact, brutal, incisif, lourd et percutant mais terriblement jouissif. Pour les connaisseurs, la patte du groupe est toujours présente mais magnifiée à l'extrême pour faire des francs-comtois un pillier incontournable de l'underground qui tâche. Les morceaux fleurent bon la passion de jouer ce style, les tripes qu'ils y mettent et la sincerité de leurs propos avec toujours plus de talent, d'intensité, de savoir-faire et de maîtrise.

Recueil Morbide ça fente à la chaîne (comprenne qui pourra). Ce disque vise essentiellement un public d'initiés et de fins connaisseurs de brutal et de death en particulier. Le quintet n'as de cesse d'accrôitre son potentiel à devenir un groupe d'envergure internationale et le prouve une nouvelle fois avec cette offrande. Le point fort du groupe reste indéniablement le live, il y a des choses qui ne se discute pas. Ce Morbid Collection ne m'aura pas procuré qu'une agréable demi-molle (ndlr: la rédaction ayant censuré mes propos certains détails de mon anatomie resteront confidentiels) mais n'en reste pas moins efficace.