Sanzu - Heavy Over The Home

L’Australie a toujours été un vivier important de très bons groupes officiant dans le metal extrême tels que Destroyer666, Psycroptic ou encore Ouroboros. Plus récemment, un groupe répodant au nom de Sanzu a quelque peu défrayé la chronique en présentant un EP plus que prometteur Painless. Leur premier méfait majeur Heavy Over The Home est venu quelques mois seulement  après  chez Listenable Records (Soilwork, Loudblast, Immolation,…) qui est déjà une sorte d’examen de passage pour le quintet de Perth.

Il est difficile de ne pas déceler du Gojira dans Sanzu qui semble occuper une place très importante dans les influences du groupe. Alors vous vous diriez que Sanzu n’est qu’un énième groupe qui essaie de faire du neuf avec du vieux. Eh bien, détrompez-vous parce que Sanzu est bien plus que cela. Certes, dès les premières notes, on ressent l’ombre du groupe français, avec ces riffs dissonants reconnaissables entre mille ponctués par des mélodies typiques qui agrémentent chaque titre. Cependant, à l’écoute de chaque titre de Heavy Over The Home, on sent que les Australiens ont envie d’y apporter leurs touches personnelles. Les riffs sont résolument moins complexes que chez les Français mais cela rajoute une touche plus agressive à l’ensemble. La plupart des titres feront souffrir bien de cervicales en live comme « 18 days Of Rain» ou « Phenomena » et surtout l’excellent « Old Orchard Floor », avec des blasts supersoniques qui sont vraiment jouissifs. Certains sont joués mid-tempo afin semble-t-il d’apposer une signature plus heavy à cet album. On pensera notamment à des titres comme « Loss » ou « Awaken ». Alors,on aime ou on n’aime pas Gojira. Toujours est-il que le quatuor français, de par leur approche novatrice laisse des traces indélébiles dans le paysage international du metal. C’est tout à fait normal que des groupes comme Sanzu essaient de s'en inspirer et de les imiter tout en y ajoutant leurs touches personnelles. Alors, balayez tous les a priori et essayons d’apprécier Heavy Over The Home a sa juste valeur. Le seul bémol c'est qu'il ya trop de morceaux dans ce dernier avec plus ou moins de ressemblances entre eux. C’est loin d’être rédhibitoire mais quinze titres, cela fait quand même un peu beaucoup. Cela mine vraiment l’ensemble qui n'est pas dépourvu de qualités. D’autant plus qu’en milieu d’album, les Australiens osent un instrumental de trois minutes avec un « Colourbind » qu’on trouve aussi superflu qu'inintéressant comme pour combler un espace déjà bien surchargé.

Quoiqu’il en soit, Heavy Over The Home est une œuvre qui mérite qu’on s’y intéresse. Sanzu a au moins le mérite d’assumer leurs influences en apportant une touche plus agressive et en sortir un album plus que correct sans pour autant casser la baraque.  Nul doute qu’avec un peu de recul et plus de maturité, Sanzu nous sortira une suite plus à la hauteur de leur talent et avec une identité plus affirmée.