Skunk Anansie - Anarchytecture

Les années 90 ont vu pléthore de groupe de très grande qualité prendre d'assaut les ondes radio (Pearl Jam, Live, Alice In ChainsSmashing Pumpkins....) Skunk Anansie faisait partie de ces nouveaux venus et n'a pas tardé à se faire une belle place sur la scène rock alternative. Les deux premiers albums, Paranoid and Sunburnt et Stoosh avaient vite donné à Skunk l'opportunité de développer son sens de la scène et de laisser à Skin la liberté d'envahir de sa voix, de sa sensibilité et de son charisme le monde du rock. Après une pause de quelques années  Ace et skin se sont essayés à l'effort solo, les voici à nouveau ensemble depuis 2010 et prêt à nous livrer le troisième album de la seconde ère de la carrière de Skunk.

Depuis sa reprise d’activité, le groupe donne à sa musique une touche pop réellement plus présente, mais Skunk Anansie prend le soin de ne pas tourner totalement le dos à ce qu'il a été dans les eighties, on retrouve avec bonheur la voix et les lignes vocales de Skin qui nous transpercent par leur sensibilité, leur vérité et une profonde mélancolie présente sur l’ensemble des titres, même les plus rock.

Cette fusion d'un Rock brûlant, d'une Pop sulfureuse et entêtante à la dynamique quasi Punk qui a fait le succès du groupe n’est pas misée au rebus mais Skunk assume le fait de privilégier dans ses arrangements une identité artistique à l'énergie plus contenue avec presque la troublante sensation que le groupe s’est lui même bridée. 
Pour les fans historiques voulant zapper les touches plus trip-hop, planantes de l’album car encore trop sous l’emprise d’un « Charlie Big Potato » ou encore de « Yes It’s Fucking Political », il est de bon ton de se reporter sur « Beauty Is Your Curse », « Bullets » et son pattern de basse groovy à souhait, « That Sinking feeling » et « We Are The Flames » car ils réveilleront les émotions, les sensations ressenties notamment à l’écoute de Stoosh.

Skunk Anansie a peut-être adouci l’approche de sa musique mais à par contre gardé intact cette alchimie, cette force inhérente à chaque composition qui en live fera sans nul doute des titres d'Anarchytecture de vrai moment de bonheur et de partage. « I let you down », « Death To The lovers » seront de vrai moment de communion, titres aériens et tout en introspection que le single « Love Someone Else » prend à contre-pied, tout comme « Bullets », ces deux titres feront se mouvoir les fosses en fervent représentant de la vibe électro rock punchy de Skunk Anansie.


Un album qui en laissera surement perplexe plus d’un quant à sa pertinence et son actualité. La fougue des deux premiers albums est maintenant d’une autre époque, la rage a laissé place à la réflexion et le groupe se repose maintenant plus que jamais sur le talent vocal de Skin pour transcender sa musiqueSkunk Anansie a grandi, muri et continue d'explorer les genres. Anarchytecture peut se poser en pierre d'un edifice musical plus mature et réfléchi dans la discographie du groupe. Cet album n'arrive pas à décevoir car il subsiste toujours l'âme de Skunk au plus profond des compositions, ce petit élément harmonique, mélodique et/ou vocal propre au groupe qui au final fait que les morceaux restent extrêmement agréable à écouter et surtout donnent envie d’être savouré live au même titre que les standards du groupe.