System Of A Down - Lyon - 14/04/2015

Mardi soir, à la Halle Tony Garnier, les 16 000 personnes présentes scandaient un mot : « System ! ». Les applaudissements commencent à retentir, mais pas de chance, c'est un ingénieur du son qui apparaît. Enfin les lumières s'éteignent, les fans s'agitent, une vidéo animée démarre sur les écrans géants, rappelant les événements liés au génocide arménien de 1915, cause chère au groupe lui même d'origine arménienne.

La vidéo terminée, la mélodie de « Holy Mountains » retentit. Un tonnerre d'applaudissements résonne dans l'air. Serj Tankian, au piano et au chant, est accompagné par la salle entière chantant avec lui et dans la fosse, les metalheads se lance dans le premier pogo de la soirée. Les bières sont les principales victimes et n’auront pas de répit de la soirée. « Holy Mountains » laisse place à « Jet Pilot » puis à « Suite-Pee ». Lorsque que, quelques titres plus tard, « B.Y.O.B » est jouée, c'est l'euphorie dans les gradins et la fosse. Les bousculades s'enchaînent, on se saute dessus, on se fait des potes, on saute sur ses potes et juste après c'est « I-E-A-I-A-I-O » qui se fait entendre. Moment magique alors que toute la salle, les yeux rivés sur la scène (pour les plus grands et les plus proche du groupe en tout cas), chante avec Daron Malakian (guitare/chant) et son fameux chapeau. La première partie du concert se termine sur « Deer Dance » enchaîné avec la seconde partie de la vidéo animée. Les lumières s'éteignent, la salle se calme et la voix off, en anglais évidemment, continue de raconter l'histoire du génocide arménien. Hitler apparaît et ce ne sont pas des applaudissements qui retentissent (heureusement) mais des huées généreuses. Les lumières se rallument et c'est « P.L.U.C.K » que l'on entend, suivi par « Sartarabad », puis « Psycho ». Lorsqu’arrive « Chop Suey » (prononcez « Choppe Chouille »), c'est la débandade dans le public. Puis Daron reprend le micro pour la ballade « Lonely Day » qui est une nouvelle occasion pour le public de reprendre chaque mot avec lui. Plus tard, la douce et gracieuse mélodie de « Bounce » se fait entendre. L'appel du pogo est plus fort que tout. Malgré la chaleur, la sueur et l'odeur de cigarette plus ou moins légale transcendant l'air de la salle, les metalheads se lancent dans un énième pogo rythmé par le chant au débit incroyable de Serj Tankian. Les lumières s'excitent, parfaitement calées sur la batterie et la guitare.

Le premier Circle Pit de la soirée arrive entre « Spiders » et « Mr Jack », à la demande de Daron qui fait tourner son doigts en l'air en criant : « spinnin around » plusieurs fois. Le public ne se fait pas prier, il ouvre un large bec et laisse entendre sa douce voix : « Circle Pit !! System !! » Dans toute la salle apparaissent comme des bulles d'air. Les metalheads s'écartent les uns des autres, et tournoient joyeusement, presque la main dans la main. Certains tombent mais sont tout de suite relevés par un voisin de pit. C'est beau l'esprit « metalhead » ! « Mr Jack » redonne de l'énergie aux fans qui retournent gaiement dans le pogo se faire bousculer.

Une fois de plus, les lumières s'éteignent, les écrans ne montrent plus le groupe mais la troisième partie de la vidéo animée sur le génocide arménien et ses conséquences. La vidéo terminée, c'est reparti pour un tour ! Le groupe joue « Science », « Chic'n Stu », puis, trois titres plus tard, « Sultans Of Swing », une reprise de Dire Straits qui en fait pleurer certains par sa beauté. La chanson n'est pas jouée en intégralité, mais laisse place aux tubes des débuts que sont « Toxicity » et « Sugar », annonçant ainsi la fin du concert. Les « Soaders » profitent de ces deux dernières chansons pour se bousculer toujours dans la joie et  cette odeur de sueur, mélangée à la bière et la cigarette. La musique s'arrête, le public applaudit et John Dolmayan (batterie) lance ses baguettes dans le public. Les plus chanceux repartiront donc avec un joli cadeau.

Durant le concert, Shavo Obadidjan (basse), est souriant et très mobile, on a l'impression qu'il danse. Daron a toujours l'air d'apprécier de faire des petits tours sur lui-même. Serj multiplie les mimiques étranges et ésotériques mais on adore. Enfin, John jouait avec fluidité et énergie. Pas de doute, le groupe a beaucoup amélioré ses prestations live depuis ses débuts sur scène. De plus, les enceintes ont balancé un son puissant mais parfois trop strident qui vrillaient nos pauvres oreilles (les métalleux n'ont certes pas tous les oreilles fragiles, mais quand même).

En conclusion, Wake Up The Souls a été un concert tout à fait propre (Daron n'avait pas l'air drogué comme sur des tournées antérieures) et surtout magique. L'ambiance était très bonne, l'esprit du centenaire du génocide arménien n'a pas été bafoué par un quelconque événement tragique. Et la rumeur court depuis quelque temps qu'un nouvel album est en préparation, mais quand nous sera-t-il permis de l'entendre ?

jo