Stoneghost - New Age Of Old Days

Photo du groupe Stoneghost

Stoneghost ... Un nouveau nom sur la scène, avec un bon départ sous la forme du premier album du quartet londonien : New Age Of Old Days. Le style du groupe se trouve à un carrefour entre heavy et groove metal, avec des accents très modernes. En clair, on est dans du metal légèrement agressif avec des riffs lourds (type Testament, pour mettre un nom dessus), mais avec une voix très moderne qui n'est pas sans rappeller le metalcore.

Line up :

Jason Smith (Chant)
Cris Finniss (Batterie)
Jamie Nash (Basse)
Andrew Matthews (Guitare)

Pour être franc avec vous ... le chant n'est pas vraiment ma tasse de thé ici. Pourquoi ? Car souvent, il colle assez mal aux riffs. Mais sur certains morceaux comme "The Sound Remains" ou "Your trigger, my finger", la mayonnaise prend et c'est beau. Mais la palme du mérite dans ce groupe revient au grateux qui est toujours en pleine forme, alternant gros riff bien gras, passages mélodiques et soli efficaces. Sans pour autant qu'il soit 24h/24 dans la virtuosité, on le remarque ! A ce sujet, l'intro instrumentale de l'album (dans le morceau "Faceless Ghost") est à tomber ! 

 Ma petite chanson préférée dans l'album : "Raynardine", le chant, là encore, n'est pas tout à fait à mon goût, mais la partie instrumentale est magnifiquement exécutée et très inspirée. Autre mention spéciale : les ballades ! Je ne suis pas toujours pour ce principe de faire obligatoirement dans le sentimental dans un album de metal, mais quand c'est bien fait.... je cautionne ! "Let Sleeping Beasts Lie" et "Sleeper" sont de très bonnes balades, mélancoliques, lentes et sombres, mais sans pour autant dénaturer l'ambiance générale de la galette, et ça c'est suffisament peu courant pour être salué !

 Au final, un album très sympathique, que je n'ai malheureusement pas pu apprécier à sa juste valeur, non pas en raison de la qualité de la musique ou de l'enregistrement, car dans les deux cas, on est dans un sans-fautes. Mais en raison d'un choix stylistique, qui, j'en suis certain, sera largement cautionné par les amateurs du genre.