Sunshadows - Red Herring

Originaire de Lyon, le trio Sunshadows livre le 18 mai son premier album Red Herring sous le label naissant Fromtape Records, après un premier EP intitulé Sunshine. Avec plusieurs tours dans sa poche, Sunshadows allie pop-rock et metal alternatif à la new wave de Depêche Mode.

Line-up:

 Regis Morin (guitare et chant)

David Jay ( basse et chant)

Matt Budin (batterie et sample)

Sunshadows est tout nouveau dans le paysage du rock français et s'était produit en concert à la Feuille d'Art en Nord-Isère accompagné de danseuses pour un spectacle original avant la sortie de Red Herring. Cette première livraison nous laisse découvrir un groupe très eclectique, animé par le désir d'offrir un son très personnel et polymorphe.

 

Dès les premières notes de "Fly Away", nous découvrons une intro atmosphérique aux sonorités électriques et pop-rock qui supportent une voix singulière, aussi délicate que puissante. Les riffs bruts de ce rock languissant et énergique font echo à certaines productions de Flyleaf. "Two lives" intègre des éléments d'une new-wave moderne et distordue. Le refrain est accrocheur et progressivement, le morceau devient angoissant. "Lied to myself" s'incarnera en tant que pièce maîtresse de l'opus. Efficaces et convaincants, les couplets empruntent le chant parlé du hip-hop et à travers une pression pesante, un désespoir ambiant est habilement mis en musique.

Sunshine " dévoile un phrasé à la fois luminaire et mélancolique reposant sur une structure instrumentale inspiré des morceaux les plus lents de Deftones. Surprenant, "Rich Man" débute sur un chant très 60's avant d"enchaîner sur des guitares metal. La voix pop indus tranche avec des instrumentaux assez graves, ce qui est une des particularités du groupe."My Shooting Star" ou "Starlight" possèdent un côté pop racoleur , mixant quelques vibes electro à un rock très édulcoré pour une véritable ode à la fête (" forget about the shit, forget about the lie", "let's break down the rules").

 "If I Die" a des allures de ballade neo-metal mélangé sciemment à un refrain très pop-rock, les synthétiseurs peuvent rappeler ceux utilisés par Sidilarsen. "U Want It" est assez sensuel et bluesy, mais également colérique avec des riffs mariant puissance et sobriété. " My Friend In Black" est à l'image d'un hard-rock 80's, et se laisse embrasser par des choeurs aériens. Pour clôturer le tableau, "Soulmate" est très lent et mélodieux, et l'auditeur se laisse emporter par une légèreté envoûtante.

 Avec Red Herring, Sunshadows qui est très peu médiatisé choisit de se laisser dénuder exclusivement par sa musique. Si à la première écoute de l'album, tout l'eclectisme du groupe ne saute pas aux yeux, force est de constater au fur et à mesure qu'il ne se laisse pas enfermer dans un genre précis ni dans une époque, dévoilant ainsi sa fébrilité et son honnêteté.