The CNK - Paris Brûle-T-Il (DVD)

The CNK, la formation de Mr Rose Hreidmarr (ex-Anorexia Nervosa, ex-Crack Ov Dawn, ex-Malveliance), ne fait rien comme tout le monde. Avec seulement trois albums, dont un de reprise, en bientôt vingt ans d’existence (ceci étant, Rose a délaissé The CNK pour se consacrer à Anorexia Nervosa pendant un moment), des concepts à la fois esthétiques et musicaux fouillés comme ces t-shirts « Ici C’est Paris » cultissimes.

C’est donc trois ans après Révisionnisme, sûrement le recueil de reprises le plus personnel jamais publié sur lequel le groupe a eu la chance de collaborer avec Snowy Shaw (Therion, Notre Dame, ex-Mercyful Fate), que le black indus des parisiens revient pour un live shooter le premier Mars 2013 au Divan Du Monde à Paris.

Un produit soigné comme le groupe en a l’habitude, affichant un délire colonialiste répondant à l’intro du concert et à leur tenue de scène. Parlons du concert puisque c’est là l’intérêt principal du DVD, celui-ci permettra à ceux qui n’ont jamais eu la chance de voir le quartet live d’avoir une bonne idée de leur prestation. C’est d’ailleurs une chose que l’on peut regretter, le groupe ayant l’habitude de proposer de nombreux concepts inventifs et originaux il est dommage de ne pas trouver un bonus digne de ce nom. Car si l’on trouve des clips live de « Sabotage » (Beastie Boys) et « You Spin Me Round » (Dead Or Alive) ainsi qu’un superbe clip de l'inédit « Street Fight At The End Of The World », le premier et le dernier sont sur Youtube rendant la chose moins attrayante qu’elle ne pourrait l’être. Il serait cependant injuste de taxer le groupe de laxisme tant il doit être compliqué de sortir un tel produit dans notre beau pays.

Venons en au concert qui vaut clairement le coup d’œil, déjà le groupe ne s’est pas foutu du monde : environ une heure et quart de set, quinze titres couvrant la discographie (notamment un « Bunkermoon Khaos 3 » jamais joué auparavant), performeuses sur le grandiloquent « Cosa Nostra Klub » (l’un des meilleurs moments du set et pas seulement à cause des porte-jarretelles à l’écran),  deux guests… On peut dire que les adeptes du Cosa Nostra Klub sont gâtés. Le son est excellent et le montage dynamique sans devenir vomitif. Tournage de DVD oblige, la salle est en ébullition, le pit s’active dès « Vote For Winners » deuxième extrait du soir avec des slams et des stage-divings à la clé. Nous parlions de guest et c’est d’abord Pills du groupe indus Prime Sinister qui vient taper un putain de solo sur « Kommando '96 Übercharged » (il assurait déjà le solo sur la reprise de « You Could Be Mine » de Révisionnisme). Il y a d’ailleurs un coupure flagrante juste avant ce titre, assurément du à un problème technique. A vous de choisir si vous auriez préféré voir l’authenticité de la chose ou si vous préférez l’efficacité du montage, épargnant un moment à l’intérêt moindre. Le second featuring a lieu sur la reprise de « Too Fast For Love » (Mötley Crüe) et c’est Swan (Black Rain) qui prend la place de Snowy Shaw (snif). Choix logique dira-t-on, le bougre singe déjà Vince Neil à outrance dans son groupe mais on a vraiment l’impression de voir un ado gêné tenter de faire comme son idole. A noter que l’on peut admirer deux paires de fesses qui viennent squatter la scène à la fin de la chanson.

Comme à son habitude le combo termine son set sur l’hymne à l’amour du prochain qu’est « Get A Gun-Shoot At Random » extrait de son premier album : Ultraviolence Über Alles (2002) sur lequel Hreidmarr brandi un faux AK47.

The CNK ne faisant pas parti des formations sillonnant les continents toute l’année les fans en mal de live peuvent se jeter sur ce manifeste très propre qui laisse légèrement affamé au niveau de ses bonus. Une nouvelle étape franchie avec brio pour ce groupe mésestimé dont on attend les prochaines frasques curieusement.