The Lumberjack Feedback - Blackened Visions

 
Lille, zone septentrionale de l'hexagone, 2008, des musiciens, grands amateurs de musiques instrumentales fondent The Lumberjack Feedback. 2009 marquera la présentation d'une première démo orientée plutôt vers un certain esprit de Doom/Postrock  que l'on peut retrouver chez Pelican, Sunn O))) ou Neurosis. 2013 sera l’année de la sortie de leur premier ep, Hand Of Glory, déjà via Kaotoxin Records. En 2014, le groupe enregistra un EP live dans une église, intitulé Noise In The Church dont une vidéo d'une extrême qualité sera d'ailleurs issue. c'est en janvier 2016 que voit le jour Blackened Visions, le premier album des nordistes. L'originalité du line up se confirme avec l'officialisation d'une formation à deux batteurs et d'une musique totalement vouée aux instruments. Fort de leur deux EP dont la qualité d'écriture nous laissait sous-entendre un grand potentiel artistique, Lumberjack Feedback se lance dans l'exercice de l’album avec l'expérience et la maturité acquise au long de ses huit premières années d'existence.
 
Les premières secondes de « No Cure (For the fool) » annoncent les intentions de Lumberjack Feedback de donner un sens légèrement différent à sa musique. Celle-ci garde son approche toujours aussi millimétrée et froide mais avec plus de spatialité, d’ampleur à la fois dans le son mais également dans les ambiances, les atmosphères. The Lumberjack Feedback se complet pour notre plus grand plaisir dans une constante noirceur, une détresse post-rock et le postulat d’une musique ou la mélancolie et la désolation apporte une dimension Black et Progressive se fait vraiment sentir.
Cette lourdeur et la forme de rage introvertie omniprésente qui s'en dégage, sont mises en avant sur « Salvation », « Blackened Visions » ou « IMereMortal ». Ceux-ci ne sont pas s’en rappeler une certaine époque colde wave des premiers albums de Cure et les atmosphères de leur cultissime morceau « Carnage Visors » ou de la glaciale discographie de Joy Division.
 Le format des titres, dépassant majoritairement le timing standard, le groupe propose aux amateurs d’ambiances posées et élaborées avec finesse un séduisant terrain de découverte, les guitares profitent de cet espace pour s’y engouffrer avec gourmandise et détermination. Le duo de batteurs martèle avec frénésie et donne à l’ensemble un groove à la rigueur hypnotique, de celle qui mène l’auditeur à l’alienation et l’oubli de soi-même. La basse trouve une place toute naturelle donnant aux lignes de Seb une dimension réellement épique et unique, servi par un son d'une subtilité exemplaire venant à merveille compléter l'empreinte musicale de The Lumberjack Feedback.
 
 Blackened Visions se révèle être une totale réussite dépassant les clivages stylistiques donnant aux titres de cet album plus d'espace, de relief et de sensibilité. Album de Post Rock/Stoner/Doom, noir, aux ambiances et mélodies qui insidieusement viennent se loger dans notre caboche pour ne plus en sortir. Chacun des 6 titres est d’une grande intensité, finement travaillé, pensé et construit pour permettre à nos sens de s’oublier avec le groupe et donne à leur musique jamais chaotique mais bien au contraire organisée et remarquable, toute sa subtilité, sa richesse, nous poussant vers de vives émotions jusqu’à même plonger dans les tréfonds les plus sombres des âmes de nos hôtes. Une expérience auditive et musicale passionnante et envoutante! 
A l'occasion du Kaotoxin Fest 2015, le groupe nous a accordé un peu de son temps afin de nous presenter ce nouvel album.
C'est ici !