The Negation – Paths of Obedience

Aujourd'hui, nous nous retrouvons autour d'une galette tout droit venue de chez Mortis Humanae Production.

The Negation, groupe de black/death metal Français actif depuis 2012, sort son premier album en auto-production le 15 février 2013, enregistré au Hybreed Studio.

 

« THE NEGATION s’opposent
à ceux qui n’ont pas la lucidité,
à ceux qui restent soumis aux dogmes religieux et politiques,
à ceux qui n’osent pas affronter la vérité ou les vérités par faiblesse, par bêtise, par ignorance, ou pour certains par pure fascination pour la domination.

THE NEGATION s’opposent à ceux qui veulent nier ou fuir la loi froide et immatérielle de la réalité. »

Ligne up :

ASA : Voix
Thanatoath : Guitare
Nesh : Guitare
Agarash : Basse
Anderswo: Batterie

Nous avons donc à faire à leur premier album, composé de 10 titres, Paths of Obedience
Introduction donnée par le son de cloches qui retentissent des profondeurs... Je vous voir venir, non il n'est pas utile dans cet article de parler d'une introduction Hard Rock similaire que nous connaissons tous sous le nom de « Hells Bells » rien à voir je vous assure, on est dans du black là alors chut ! 


Red Wrath
 déboule à toute allure, avec une surpuissance donnée grâce à un mixage de qualité, mais bien sur typé black, annonçant dès le début l'importance des guitares de Thanatoath et Nesh, l'entrée de ASA propulsée par la caisse claire tranchante d'Anderwo. Début assez classique il est vrai, seulement une minute suffit à peine pour repartir sur une autre pente cette fois-ci mid tempo qui casse l'entrée brutale du groupe et apporte un peu de base dans la structure Black. 

L'entité que présente The Negation regroupe l'ensemble des caractéristiques attendues pour un album black. Ambiance noire et très malsaine, agressivité, violence, ténèbres et haine, tout y est pour lancer un album qui trouvera tout de suite étiquette à son genre.

Le mixage est assez propre, il faut l'avouer, amenant une touche de modernité au registre.

Erased, troisième titre de cette production, apporte une introduction appuyée par le jeu de basse de Agarash. Celle-ci prépare le combat qui ne tardera pas à débuter. Lancé par la batterie retenant l'explosion, nous retombons assez rapidement dans le black qui transpire et coule sous toutes ces formes.Ce morceau appuie encore plus l'idée d'une structure qui n'est finalement pas si simple et logique à suivre (ce serait trop facile aussi!). Il y a beaucoup d'idées mais surtout la volonté d'apporter quelque chose de travaillé et non pas le simple étalage classique d'une musique simplement black.

Bien que le groupe se définit dans le black/death, il est largement noyé par une ambiance black soutenue tout de même par une batterie plutôt death. 

Pour ce qui est des éventuelles références, bien que dans le registre black il est assez difficile d'identifier clairement des touches spécifiques, on trouvera tout de même que le morceau One God est très 'Watainien' (ref : The Wild Hunt).

Il n'empêche, on retrouve pas mal de différents aspect dans le black que propose The Negation !
Black aux allures prog' avec le cinquième titres Lost for Ever qui nous offre sept minutes torturées. Mais aussi des titres plus 'lents', moins barbares avec par exemple Last Rites ou encore The Garden of Extasy, qui lance une écoute plus ensorcelante... captivante.

Le titre Heels nous relance complètement, l'album prend une claque avec des rythmes saccadés et une batterie surpuissante. Différentes rythmes et riffs accompagnent cette compo qui lui donne un côté arrogant.


Le groupe nous balance un son très dur et sec, ce premier album impose une base black très forte. On en gardera une bonne impression et une bonne pensée pour l'éventuelle prochaine production des The Negation. Saluons aussi le choix de sortir comme première production un album de 45 minutes sans passer par EP ou Démo.

L'équipe Metal Cunt souhaite le meilleur pour le futur du groupe.