The Oath - Self-Titled

The oath est formé par deux créatures mystérieuses, au regard mélancolique, toutes vêtues de noir. La chanteuse allemande Johanna Sadonis et la guitariste Suédoise Linnéa Olsson.

Faire du neuf avec du vieux n'est pas si compliqué surtout à l'heure actuelle où bon nombre de groupes semblent plutôt vouloir tenter l'expérience inverse. The Oath démontre sa capacité à nous torcher du bon vieux hard rock sans fioritures, mais il nous livre ici un retour aux fondamentaux qui fait du bien.

line-up :

Johanna Sadonis (voix)
Linnéa Olsson (guitare)
Simon Bouteloup (basse) remplacé par Léo Smee
Vincent wager (Batterie) remplacé par Andrew Prestridge

 

Self-Titled sort sur le label Rise Above Records le 17 mars 2014.

L'album a été enregistré en seulement dix jours  par Konie Ehrencrona aux studios Cobra (Stockholm). Assistées à la basse par Simon Bouteloup (Kadavar) et par Andrew prestridge (Angel Witch, Witers).

Un mélange parfait de heavy rock des années 70 et 1980 new wave of bristich heavy métal se marie à merveille, et les deux blondes se baladent sur des plans entre Black Sabbath, The Stooges, Poison Idéa et à certains moment MOTÖRHEAD.
 
 
Le groupe a notamment fait la première partie de la tournée de Ghost en 2013. Car tout basique qu'il soit "self-Titled" démontre toutefois chez le groupe une faculté indécente à vous torcher de l'hymne simple et efficace.

Rien n'est à jeter dans cet album qui montre qu'il n'y a pas besoin d'avoir un gros son pour sonner heavy. Le seul bémol est la désagréable impression de déjà entendu entre le morceau "Night Child" et "Silver and Dust".

Un chant féminin, celle de Johanna qui est loin de faire tâche avec la musique. Une jeune femme qui a une voix très rock, énergie, passion, envie; voilà ce qui ressort de l'organe vocal de l'allemande. La guitare est reine, les riffs titanesques s'enchaînent les uns après les autres et se permettent même quelques détours pour les terres du doom.