The Raven Age - Darkness Will Rise


Les Londoniens de The Raven Age nous propose leur premier album intitulé Darkness Will Rise. Lourd poids pour George Harris (Fils de Steeve Harris de Iron Maiden oui oui !) de se démarquer du paternel, et de ne pas uniquement être le fils de. Avec autant de bonnes cartes dans les mains logiquement le destin du groupe est tout tracé. Alors pari réussi ou pas ?

Line-up :

- Dan Wright : Guitares
- George Harris : Guitares
- Jai Patel : Batterie
- Matt Cox : Basse
- Michael Burrough : Chant

Les Boyz on pas fait le travail à moitié, on est sur un album de 74 minutes quand même, c’est la première chose qui m’a sauté aux yeux. Long très long, il va falloir vraiment du contenu de qualité pour ne pas fatiguer l’auditeur…

Le premier morceau Darkness Will Rise, qui est finalement un prélude à l’album, ne fait qu’un avec le second Promised Land. D’abord symphonique avec ses violons et sa guitare claire il laisse s’introduire une voix précise, avec un timbre très intéressant, un timbre très rock/hard rock. Puis s’installent des riffs très power-heavy, avec des touches de guitares mélodiques faisant immédiatement penser à Maiden. C’est vraiment des touches hein, c’était pour le clin d’oeil ;). Ça envoie bien, bonne introduction pour ce premier album. Ça s’annonce pas mal du tout. On enchaine avec Age Of The Raven, musicalement ça me fait penser un peu à du In Flames, l’originalité en moins, la voix rattrape un peu l’histoire même si ça reste du coup très classique. Des petits passages restent quand même très intéressants, des breaks biens travaillés, et un refrain plutôt sympa.

Ce n’est qu’à partir du cinquième titre que je commence à vraiment tendre l’oreille, la magie commence à opérer. Salem’s Fate emporte, elle apporte un peu de fraicheur. Une intro assez posé, qui s’engage dans un titre très épique. Je préfère ce type de voix, plus moderne. Elle fait par moment penser à un mélange entre James Hetfield et Corey Taylor. Plutôt cool ! L’ensemble confirme son appartenance au trash, au heavy et au power. Du coup part moment on sent une influence de Stone Sour et bien sûr de Maiden. Mais pour Maiden c’est très fin et du coup bien employé. Le 7ème titre Eye Among the blind, part sur un blast beat, c’est puissant et efficace. Elle nous sert le refrain le plus efficace de l’album. Niveau son, c’est très clair, on discerne tout très bien. Un bon boulot de mix a été fait, mais il faut aimer les mix froids sans trop d’âme. Le parti pris de mettre la voix en avant est un choix pas forcément génial, mais pourquoi pas. Un peu moins de doublage ou alors des doublages différents auraient surement apporté plus de relief.

Winds of change ? Une reprise de Scorpion ou quoi ? Non pas du tout, ouf ! 36 minutes déjà, ça commence à faire un poil long pour moi. C’est vraiment bien fait aucuns problèmes pour ça, mais on s’ennuie un peu, les morceaux se ressemble un peu tous, et ça a du mal à décoller une bonne fois pour toute. Le flot du chant a tendance à ne pas vraiment se renouveler, c’est dommage car la voix en elle-même à un gros, même un énorme potentiel.

Concrètement l’album est bon, la production est bonne, les musiciens sont bons… Mais c’est comme une grosse série B cet album, on prévoit un peu tout ce qui va se passer. On se lasse, et du coup on n’a pas forcément envie d’y revenir. Alors des morceaux super longs c’est bien, mais il faut s’appeler Opeth ou en tout cas faire voyager l’auditeur. Long pour long on s’emmerde les gars… Vraiment…

En conclusion, je dirai que cet album est un bon premier essai, mais il va falloir vraiment aller chercher une personnalité maitenant, et donner une véritable âme à The Raven Age. Les influences ne sont pas vraiment digérées et ça se sent un peu trop sur la longueur de Darkness Will Rise. Un titre pas vraiment inspirer par ailleurs, je n’ai pas vraiment senti un quelconque ténébre me transcender… On attend un prochain album, celui là ne m’a pas du tout convaincu, je me suis véritablement ennuyé, et les quelques fois ou j’y est cru (Je ne suis pas qu’un chacal sachez le !) ça m'a fait l’effet d’un pétard mouillé… Allez vous faire une idée quand même on ne sait jamais si vous avez plus d’une heure à perdre…