Asking Alexandria - The Black

 

En seulement quelques années et trois albums, Asking Alexandria est devenu une référence de la scène metalcore anglaise et également dans le reste du monde. Ils grandissaient à vitesse grand V et puis, en janvier 2015, contre toute attente, Danny Worsnop, leur chanteur annonce qu’il quitte l’aventure (ndlr: pour se la donner classic rock avec le projet We Are Harlot). Frontman et leader du groupe, on se demandait comment allait être l’avenir du groupe. La fin ? Le début de la fin ? Un renouveau ? Une suite logique ? A vous de vous forger votre avis mais en ce qui nous concerne, c’est un retour en arrière. Ou plutôt, un mauvais second départ.

Denis Shaforostov - chant
Ben Bruce - guitare
Cameron Liddell - guitare
Sam Bettley - basse
James Cassells - batterie

Avec un nom tel que The Black, un single comme « I Won’t Give  In » et vu les circonstances, on pouvait s’attendre à un disque assez sombre. Et à ce niveau-là, dur de faire mieux. Exceptés quelques refrains en voix claire, l’ambiance est lourde et pesante, presque déprimante. Une chose est sûre, l’écoute de ce nouvel album est, elle, bien déprimante. Entre des ballades sans relief (« Here I Am » et « Send Me Home »), ses morceaux pompés d’autres groupes à succès avec « The Lost Souls » qui sonne typiquement comme Avenged Sevenfold ou des titres inutiles comme « Sometime It Ends » où son seul intérêt est la petite histoire contée par Ben Bruce à propos de la composition de cet album.

On sent qu’ils ont essayé de reprendre les ingrédients qui ont fait leur succès lorsqu’ils étaient considérés comme un pur groupe metalcore : « Let It Sleep » ou « Circled By The Wolves » mais ces chansons n’ont pas d’âme, manquent de relief et n’accrochent vraiment pas l’auditeur pour une seconde écoute. Toutefois, ils ont tout de même réussi à s’en rapprocher avec « Undivided » et « We’ll Be Ok ».

Au final, le premier single mis en ligne plusieurs mois auparavant : « I Won’t Give In », qui paraissait décevant à sa sortie, est finalement le meilleur titre et un des seuls corrects de ce quatrième opus du quintet britannique. Un EP 4 titres avec “Undivided”, “We’ll Be Ok”, “The Black” et donc “I Won’t Give In” aurait suffit. Pas à convaincre le public ou moins, pas frôler le ridicule comme ils viennent de le faire.