The Exploited, Opium Du Peuple, Maid Of Ace - 22/11/15

Ça faisait longtemps que l’on n'avait pas visité le Metaphone ! Toujours plus pertinent dans ses programmations, c’est une affiche principalement tournée vers le Punk et ses dérivés qui a été proposée le Dimanche 22 Novembre. The Exploited, Opium du Peuple et Maid Of Ace étaient à l’affiche, et quelle affiche ! Inutile de vous dire qu’à notre arrivée à 18 heures, de nombreux punks étaient présents pour acclamer comme il se doit leurs héros. Punk’s definitively not Dead ! 

Maid Of Ace, cette formation ne vous dit peut-être rien aujourd'hui, mais ce ne sera plus le cas d'ici quelques années, voire quelques mois ! Bien sûr, personne n’est resté insensible au charme d’Alison et ses soeurs et copines de jeu dès leur arrivée sur scène, mais il faut avouer que leur apparence physique n’était qu'un détail ce soir. Car leur musique est efficace et va à l’essentiel. Les jeunes Punks se sont appropriées l’espace scénique qui leur a été proféré et les regards complices et les allers et venus d’Alison (Guitare/Chant) et d’Anna (Guitare/Chant) ont confirmé une fois pour toute ce professionalisme. Au bout de dix titres joués, ces représentantes de la gente féminine se sont inscrites dans la lignée du Rock/Punk féminin. Ce concert en première partie de The Exploited était également l’occasion de vanter les mérites de leur premier album éponyme avec des morceaux comme « Enemy Within » « Mad In England » ou bien « Dickhead ». 

Leur capacité d’adaptation a également été mise à l’épreuve ce soir ! Leur chanteuse principale (Alison) n’était décidément pas en voix ce soir et a laissé sa comparse (Anna) s’occuper du job. Et le peu que nous puissions dire, c’est qu’après une telle performance, c’est que Maid Of Ace a eu tort de remballer son merchandising avant la fin du concert de The Exploited. Car leur musique, sans réellement ré-inventer le Punk, a toutefois contenté une grosse partie de la salle ! À noter la reprise bien sympathique de « Rules and Regulations » de Fuzzbox qui n’a fait que renforcer l’idée que nous nous sommes faits du groupe ! À revoir au plus vite ! 

Si Maid Of Ace a réussi à susciter notre enthousiasme, il n’en est rien comparé au spectacle gargantuesque que nous a proposé Opium du Peuple. Cette pièce de théâtre, à proprement parler, a su mêler ce qui se faisait de mieux en musique actuelle Punk et en scénographie théâtrale. C’est sur « Ce Rêve Bleu » tiré de la B.O d’ Aladdin qu’entrent les différents protagonistes avant d’enchainer sur « Il est Cinq Heures, Paris s’éveille », reprise de Jacques Dutronc et sur « Les Corons » (Pierre Bachelet), un titre de circonstance pour la soirée. Bien sûr, Opium Du Peuple en présentant ce nouveau spectacle, tenait toutefois à conserver les gâteries les plus connues afin de faire plaisir à leurs fans, qui sont tout aussi bien des fans de Punk Rock que de variété française. 

Et quel fut notre contentement de voir que les différentes scènes se sont enchainées de manière logique et organisée ! Il faut dire que la mise en scène s’y prête totalement et que les différents jeux de lumière mettent en exergue la folie maladive des acteurs. Auraient-ils pris une dose fatale de drogue dure ? Non, ils prennent juste du plaisir (et c’est bien là le mot) en se dévergondant sur scène sur les reprises à la « Sans Contrefaçon » de Mylène Farmer, « L’Été Indien » de Joe Dassin et même « Mexico » de Luis Mariano. Vous n’êtes pas au point sur vos classiques ? Opium du Peuple vous fera une piqure de rappel !.. 

Plaisir pour les oreilles, oui ! Mais également plaisir pour les yeux ! Les deux Opiumettes mettent en avant leurs atouts physiques sur les scènes comme « Poupée de Cire Poupée, Poupée de Son » où ces deux courtisanes se sont dévergondées en allégeant leur tenue vestimentaire au fil des mesures. Conséquence de tels faits et gestes, les hormones des Punks présents dans la salle étaient en ébullition…

Bien sûr, compte-tenu des attentats qui ont touché la France ces derniers temps, les Français avaient besoin d’un peu d’opium pour oublier ces massacres… Et l’heure est aux hommages ! En effet, Slododan n’a pas hésité à reprendre mot pour mot l’expression de Johnny Hallyday: « Si je n’étais pas chanteur, je serais parti combattre les Djihadistes » et a emmerdé les terroristes en jouant un solo de guitare « pourri » ! C’était un peu sa façon d’honorer la mémoire de ces fans de Rock n’ Roll tombés au Bataclan… 

Et pourquoi ne pas retomber en enfance pour oublier nos soucis ? « Le Lion Est Mort Ce Soir » fait bien partie de ces titres qui ont unifié l’ensemble du public en un instant. Il faut dire que ce titre inter-planétaire reprise façon « Punk » aura fait des adeptes ce soir ! Mais ce soir, il s’agit bien d’une soirée sous le signe du Punk et du Metal ! Après la reprise toujours bienvenue de Parabellum, « Cayenne », le titre final « Evil Rock collection » a re-visité les classiques de monstres du Metal tels qu'Iron Maiden, Slayer, Metallica, AC/DC et Pantera façon « Evil Rock Collection » de Laurent Voulzy. En quelques mots, c’est tout changés que nous ressortons de la salle après Opium du Peuple. En sera t-il du même pour The Exploited ? Peut-être pas ! La troupe délirante de Slobodan et Queutard a placé la barre haute ce soir ! 

The Exploited avait fait carton-plein le dimanche soir sur la Warzone au Hellfest ! Il avait été carrément impossible pour nous de nous faufiler dans le public afin d’assister à la prestation des Écossais ! Le pourquoi nous attendions The Exploited de pieds fermes afin de voir ce que le groupe vaut sur scène aujourd'hui en 2015. 

Aucune introduction, Wattie et ses larbins déboulent sur scène sur « Let’s Start a War (Said Maggie One day) » et enchainent les morceaux sans vraiment faire attention à leur public sur des titres comme « Fightback » et « UK 82 ». Un malaise se fait vite ressentir sur scène et dans la fosse… Pendant que les fans s’entretuent dans le pit, nous comprenons vite que Wattie souffre ! Il parvient à peine a crier ses parties vocales. Pourtant, le bougre continue à se donner des coups de micro sur le crâne… 

Et ce qui devait arriver arriva plus tôt que prévu, Wattie frôle le malaise et le concert est interrompu au milieu du set. Mais l’Écossais a toutefois tâché de se reprendre en main avec des morceaux comme « Troops Of Tomorrow » (reprise habituelle de The Vibrators) et « I Believe In Anarchy ». Vite nous apprenons que le frontman ne devait pas à assurer son concert et nous ne pouvons que rester stoïques face à la détermination d’un passionné de musique qui ferait tout pour faire plaisir à ses fans au détriment-même de sa vie. Certes, il est remarquable que le bonhomme veuille assurer son concert, mais à quel prix ? 

Le concert reprend vite son cours et nous prenons plaisir à contempler le jeu de guitare de Matt McGuire et le groove d'Irish Bob ! Malgré les quelques soucis rencontrés, The Exploited tenait à marquer le coup en invitant un musicien de marque à se produire sur scène le temps de « Beat The Bastard ». Arno de Black Bomb A (décidément, il est partout) s'est pointé sur scène afin de soutenir son pote Wattie. De quoi le requinquer le temps de la dernière partie du concert contenant les plus gros classiques de The Exploited comme « Fuck The System » et « Fuck The Usa ».

Malgré les nombreux soucis qui se sont accumulés au fil du concert, nous avons tout de même eu droit à trois rappels. À commencer par « Sex & Violence » pendant lequel la fosse a été invitée à monter sur scène pour combler le vide laissé par le nouvel arrêt de Wattie. Mais le Punk, toujours aussi borné, a tenu à revenir le temps de « Punks Not Dead » et « Was It Me ». À la fin de ce dernier, il lâche le micro et quitte la scène sans saluer ses fans. Frustration.

À l’heure actuelle, pouvons nous dire que le Punk est mort ? Non ! Mais ce soir, il s’en est fallu de peu. La preuve, le lendemain, Wattie n'a pas pu assurer sa date Parisienne car il a été amené aux urgences. Heureusement qu'à Oignies, la qualité de la soirée a été assurée par Opium Du Peuple et les Maid Of Ace… Avec de telles formations, le mouvement Punk n’a pas vraiment de soucis à se faire ! Pour ce qui est de The Exploited, souhaitons juste un prompt rétablissement à Wattie.