The Temperance Movement, Drive By Wire - Le Splendid - Lille

C’est qu’il n’y avait pas foule le dimanche 22 Janvier aux abords du Splendid de Lille ! Pas grave, les quelques centaines de spectateurs ont toutefois pu voir leurs musiciens préférés. Répondant au patronyme de The Temperance Movement, les Britanniques menés par le charismatique Phil Campbell ont toutefois mis le feu aux poudres en nous concoctant un bon petit concert de Rock ’n’ Roll comme on aime chez Metal Cunt… Mais avant cela, nous avons eu affaire à deux premières parties, à commencer par Seil Lien vite remplacée par les Drive By Wire… 

Piston or not piston ? Telle est la question. D’après les dires qui se sont répandus dans le Splendid, Seil Lien serait la compagne d’un des membres de The Temperance Movement… Quoi qu’il en soit, elle a pris sa Fender, s’est branchée sur le matériel de ses confrères et a profité d’un bon quart d’heure pour présenter une infime partie de son répertoire. Étaient donc au rendez-vous quelques ballades gracieuses mises en voix par une chanteuse très habile dans son domaine. Le public réagit bien et la jeune guitariste joue de son charme. Peut-être piston… mais avouez-le, cette frontwoman a un truc ! 

Les Drive By Wire comptent bien conquérir une partie de l’Europe qu’ils n'avaient jamais visitée auparavant… Nous, la France ! Pourtant habitués des scènes et des tournées, les Hollandais se sont surtout faits connaitre en Allemagne, en Grèce et même en Italie où ils ont signé dernièrement (sur le label Argonauta Records) mais n'avaient jamais mis les pieds, ici, en France. Ce dimanche 22 janvier, les Drive By Wire sont plus motivés que jamais et comptent bien renforcer leur fan-base.

Sept titres et à peine quelques line-check pour tout mettre en place - On n’a pas laissé tout le temps nécessaire à la formation de s’accorder comme il faut - Pas grave, les Hollandais n’ont pas l’intention de se laisser faire et règlent leurs quelques soucis de balance dès leur premier morceau. Vite, ça claque et le tandem Simone/Alwin fait des émules dans la salle. Il faut dire que chez eux, c’est un peu comme Victor Hugo - le sublime se joue du grotesque - entendez par cela que les mélodies lourdes expulsées par la guitare d’Alwin complètent et peaufinent les incantations innocentes de la frontwoman, parfois équipée d’une guitare électrique. 

Première fois en France peut-être, mais le groupe n’allait pas se contenter d’un set classique. Non, comme à chacune de ses nouvelles performances, la formation Hollandaise tâte le terrain et teste son tout nouveau single, « Blood Red Moon ». Les sonorités tantôt plus poignantes se combinent parfaitement à d’autres plus agressives ! Autant vous dire qu’avec un tel concert, les Drive By Wire ont confirmé qu’ils étaient bien capables de se produire dans des salles de haute envergure, et même en France - Ils se sentaient comme chez eux et ils reviennent quand ils veulent - À bientôt ! « Au Zenith peut-être ? ». 

Il n’aura fallu que deux albums à leur actif pour propulser les membres de The Temperance Movement en haut de l’affiche ! Et pourtant, les britanniques ont eu du mal à encourager les fans de Blues Rock à se rendre au Splendid de Lille…

C’est à 19h45 que les Phil Campbell prend possession de la scène pour nous faire part de son expérience… Et par l’intermédiaire d’un groove sans limite, il parvient à véhiculer une énergie positive dans toute la salle. Vous savez, grâce à ces morceaux très Rock dans l’âme qui ne se gênent pas de décoiffer et corrompre les plus dévots d’entre nous. « Do The Revelation », « Midnight Black » et « Keep A Little Love », les trois premières tranches posent l’ambiance et nous ne pouvons qu’être réceptifs face à la qualité des interprétations proposées par le frontman et sa bande ! Et c’est que le chanteur a travaillé ses postures scéniques… Toujours plus expressif dans sa démarche, il incorpore une seconde nature à ses morceaux. C’est la classe. Et c’est comme si une couleur locale s’était installée dans la fosse du Splendid… Le groupe, riche d’une culture Rock Sudiste, n’hésite pas à réchauffer son public à coup de « Be Lucky » et « White Bear ». La « slide guitar » prend tout son sens et voilà que les Etats du Sud des U.S.A. marquent de leur empreinte toute une communauté de fans. Mais The Temperance Movement a plusieurs cordes à son arc lui permettant ainsi de varier les intonations au fil de son concert. La monotonie n’était donc pas au rendez-vous, et nous nous sommes laissés bercer par la multiplicité des palettes exploitées par le groupe sur ses deux albums, The Temperance Movement et White Bear… 

Ainsi, le chanteur peut à la fois alterner les chansons groovy pleine de maracas et ballade amoureuse. Une fois n’est pas coutume, Phil Campbell joue les Steven Tyler. Le piano, la voix, tout y est sur des titres tels que « Time Won’t Leave » et « Pride ». Ce n’est pas pour autant qu’il faille lui demander de copier les instances du chanteur d’Aerosmith, il ne le fera pas. The Temperance Movement a son truc à lui et se détache des plus grandes icônes. Phil Campbell et ses sbires détiennent leur recette et leur interprétation du Blues Rock qu’ils ne cessent de faire l’apologie…Nous en prenons plein les oreilles, et nos pupilles n’en sont pas épargnées. Le groupe est parvenu à se renouveler à chaque morceau… La mise en scène, sans pour autant relever de l’extra-ordinaire, vaut toutefois le coup que l’on s’y attarde de plus près. Les frissons expulsés des guitares revêtaient une nouvelle ambiance dans la salle, saluées par un nouveau jeu de lumière transposant l’atmosphère de celui-ci. Ainsi, ne cessaient de s’alterner lights vives et ambiances quelques plus sobres. Et tout cela pendant presque une heure et demie de gig achevée par deux derniers morceaux, « A Pleasant Peace I Feel » et « Lovers and Fighters » ! Un exploit qui n’a pas peut-être rien d’exceptionnel aux yeux de certains, mais saluons-là un groupe, qui a réussi à épuiser presque tous ses hits et qui peut aujourd'hui se targuer de tourner un peu partout en Europe et ce, au bout de cinq ans seulement. 

Alors que retenir de ce concert si ce n’est que ce jeune groupe risque de rafler la mise ces prochaines années ? Son authenticité, ses performances de qualité et son originalité ont déjà conquis une partie du public « Rock » du Nord de la France. À la prochaine.