Virtual Symmetry - Message From Eternity

Line-up :

- Marco Pastorino (Chant)

- Alessandro Poppale (Basse)

- David Perpignano (Batterie)

- Mark Bravi (Claviers)

- Valerio Villa (Guitares)

Virtual Symmetry est un groupe de metal progressif italien dont le style se situe entre rock progressif, hard-rock, et metal progressif. Grâce à des nappes atmosphériques (parfois cinématiques ou même épiques), et une bonne balance entre technique et mélodie, le groupe ne manque pas d’artifices pour faire voyager son auditeur. Message from Eternity est leur premier album studio, qui a reçu un accueil globalement bon, nous allons voir aujourd’hui ce qu’il en est.

On remarque que dans le metal Progressif, certains groupes ne peuvent pas être apparentés à d’autres malgré le fait qu’ils fassent partie du même mouvement. Il est en effet bien difficile de rapprocher Dream Theater d’un groupe comme Vildhjarta alors qu’ils sont tous deux issus de la même mouvance Progressive. On pourra tout de même distinguer une partie « Prog classique » et « Prog moderne » avec chacune ses éléments caractéristiques. En ce qui concerne Virtual Symmetry, le groupe appartient à la première partie, chose rare pour un nouveau groupe car à l’heure actuelle, on a plutôt l’habitude de croiser des formations de Progressif moderne ou de Djent.

C’est après une introduction superposant des nappes de synthétiseurs vrombissantes et impériales que le premier morceau se lance, il s’agit de « Program Error (We Are the Virus) » qui avait été mis en ligne comme démo en Août 2014.  Le morceau est vraiment très classique avec beaucoup d’éléments Hard-Rock qui rappelle Europe ou même Scorpions par ses descentes de toms à la batterie. On dénote également une TRES grande inspiration de Dream Theater avec certains rythmes et solos très… « Petrucciens », cependant, la voix de Marco Pastorino est plus chaude et grave que son confrère et les sons de synthétiseurs sont bien plus numériques que ceux utilisés par Dream Theater, ce qui confère à Virtual Symmetry un côté plus « technologique » dans l’interprétation.

C’est avec un peu de tristesse que je l’avoue, mais l’album dans sa majorité est vraiment monotone… « Soul’s Reflection », « Pegasus » et « You’ll Never Fall Again » sont des morceaux dont les structures rythmiques sont souvent mollassonnes et ennuyeuses (à quelques exceptions près, mais ce ne sont malheureusement que des passages éphémères des morceaux en question), le chant n’est pas vraiment dynamique non plus ce qui participe, avec les structures des morceaux globalement similaires, à donner une sensation de musique qui « tourne en rond ». « Silent Sweetness » s’inscrit par la suite comme une pause dans l’album, il s’agit en fait d’un solo de piano de 4 minutes interprété par Mark Bravi qui prouve un certain talent de composition et de technique juste avant d’enchaîner sur la grosse pièce de l’album : « Message from Eternity ». Il s’agit d’un morceau assez stéréotype du Prog classique car il dure 23 minutes, mais se décompose en trois parties : une intro très longue sur fond d’arpèges de guitare et de cuivres ; le chant qui débute sur une structure rythmique différente et qui s’éraille ; les solos. Il est évident de préciser que ce groupe, bien qu’ayant un côté très symphonique dans sa méthode de composition, est typiquement un groupe « à solos », ce qu’on retrouve d’ailleurs tout au long de l’album, mais aucun n’est aussi bien placé que dans ce dernier morceau dont on notera la participation du Sinfonietta Consonus Symphonic Orchestra.

Bien que Virtual Symmetry soit composé d’excellents musiciens et compositeurs, il semble que le groupe ai encore besoin de réflexion et de recul pour composer ses morceaux afin qu’ils n’aient pas tendance à se ressembler. Le fait de mettre des solos partout témoigne certes de leur virtuosité, mais dénote en un certain sens leur manque d’inspiration. Leur nouvel EP X-Gate qui devrait sortir d’ici quelques mois permettra d’en tirer une conclusion.

 

tod