Vola - Inmazes

 

Line up :

 - Asger Mygind (Chant & Guitare)

- Martin Werner (Claviers et Effets Numériques)

- Nicolai Mogensen (Basse)

- Felix Ewert (Batterie)

 Vola fait partie de ces groupes ''OVNI'' qu'il nous est donné de rencontrer : une expérience enrichissante au travers d'une structure hybride et complexe sous le voile du metal Progressif moderne. Le quatuor Copenhaguois sort aujourd'hui son premier LP : Inmazes, produit par Mascot Records (Volbeat, Black Label Society…). Cet album cherche à décrire la sensation que nous éprouvons lorsque nous stagnons dans nos labyrinthes mentaux (''mazes '' en anglais) à la recherche du bonheur et comment nous la renvoyons à notre entourage, créant ainsi une réponse de sa part.

Le groupe n'ayant, à première vue, pas une grande notoriété, nous sommes en droit de nous demander d'où ils sortent et ce qu'ils font. Vola est un groupe venant du Danemark s'apparentant aux premiers abords à la vague du Progressif moderne (pour ne pas dire Djent). Ses influences sont très variées et ponctuent l'album de manière à lui donner un certain sens, tant dans l'instrumental que dans les paroles. L'album s'ouvre sur le riff de guitare désynchronisé de la chanson « The Same War » à la manière de « Combustion » de Meshuggah, donnant un certain aperçu de la technicité et du style du groupe. S'ajoute par la suite un élément caractéristique de Vola sur lequel nous reviendrons : les claviers et les ambiances numériques.

Les amateurs de Progressif auront ce qu'ils demandent : des riffs à la 8 cordes asynchrones et décalés, des passages atmosphériques et planants rappelant fortement le Rock Progressif des années 70, les plus férus du genre y verront presque un soupçon de Steven Wilson ! Des structures polyrythmiques complexes, des changements entre mineur et majeur, des riffs parfois atonals et hypnotiques (Cf : « Inmazes »)... La musique de Vola se veut à la fois tranchante dans sa forme, par exemple sur le riff et le breakdown de « Your Mind Is A Helpless Dreammer » qui rappellera Meshuggah, mais également doux et spirituel dans son fond, donnant lieu à des titres comme « Feed The Creatures », ou encore « Starburn » que vous pouvez découvrir ci-dessous. Bien que le chant de Mygind soit clair sur la majorité de l'album, celui-ci demeure très particulier, non pas tant sur son élocution, mais sur sa place dans le mixage de l'album. En effet, le chant paraît lointain, nous évoquant Caligula's Horse, mais en plus doux, moins présent, régulièrement orné d'harmonies, renforçant l'immersion.

On en vient donc à l'élément essentiel donnant un véritable caractère à l'album Inmazes, je parle bien évidemment des passages électroniques qui vont venir ponctuer les morceaux de manière à leur donner une atmosphère, une pesanteur, une identité. La touche électronique est subtile, mais assez présente pour changer le ton de leur morceau et décider de rendre un passage plus planant ou un riff plus agressif, c'est ce qu'on peut appeler de l'électronique immersive. C'est le cas de la chanson « Emily », titre le plus calme de l'album, où l'on remarque une influence Trip-Hop plus qu'importante créée par une mélodie monotone au rayonnement d'éléments électroniques créant cet aura propre au groupe.

Avec Inmazes, Vola se veut un côté expérimental en plus de s'inscrire dans ce qui se fait aujourd'hui en terme de metal Progressif. Les Danois nous présentent leur œuvre, sortant des sentiers battus car trop hybride pour être qualifiée de Djent, mais d'un intérêt sans pareil pour ceux qui s'avèrent curieux. C'est un excellent premier LP pour le groupe qui avait déjà tenté l'expérience (deux précédents EP : Monsters et Homesick Machinery) sans une grande production. Leur succès est déjà en partie amorcé car le groupe annonce une tournée avec Katatonia, on espère que le groupe continuera dans sa lancée.

 

 

 

tod