Wasp - Golgotha

Conjuguer une tournée anniversaire célébrant les trente ans d'une carrière déjà bien remplie, une grave blessure et le travail de composition de ce nouvel album, il nous aura fallu attendre six années pour retrouver Blackie Lawless et W.A.S.P dans l’actualité discographique avec ce nouvel album nommé Golgotha, nouvelle offrande musicale de Mister Lawless et de ses comparses. Babylon avait en son temps entamé la transition dans la thématique de W.A.S.P, même si la musique est resté dans la même veine, les textes multipliant les références au livre des révélations, à la Bible sont légions et ce nouvel Opus perpétue l’option textuelle prise par Blackie Lawless. En effet, Golgotha étant le mont ou Jésus aurait été crucifié et la couronne d'épine entourant le nom de l'album laisse peu de place au doute sur la nature des sujets abordés dans les textes. Le Leader du groupe allant jusqu'à ôter des set-lists "Animal, Fuck Like A Beast" un des standards du groupe et de fustiger le bon album qu'est  Inside The Electric Circus, le tout étant jugé par le maître de cérémonie, anti artistique et gratuitement provoquant.

 Line up 

Blackie Lawless - Chant/Guitare

Doug Blair - Guitare

Mike Duda - Basse

Mike Dupke - Batterie

Plantons directement le décor, le schéma musical dans lequel le groupe nous emmène le groupe pendant les neufs compositions de Golgotha est clair, inutile de tourner autour du pot, c'est du Hard/Heavy Rock mélodique comme Blackie sait en faire depuis l'album éponyme de 1984, mais reste que Golgotha est un cru plutôt savoureux. La musique est certes calibrée dans le moule de ce que W.A.S.P fait de mieux dans le genre Hard/Heavy mélodique et sans trop de surprise mais quelques titres comme « Golgotha » ou « Slave Of A New Order » sortent du lot avec une approche stylistique moins calibrée du fait de leur longueur (plus de huit minutes) mais aussi par l'aspect progressif et mélancolique qui s'en dégage.

Quel plaisir de retrouver des refrains fédérateurs qui sans aucun doute enflammeront les salles dans un proche avenir.  « Scream » et « Last Runaway » placés en début d'album lancent l'album de belle maniére. c'est rythmé, mélodique et on tape grave du pied. Si tant est que nous aurions pu craindre à un essoufflement créatif du groupe et bien remettons nos préjugés dans nos musettes car cet album est réellement enthousiasmant, il a le parfum de retrouvaille tout à fait agréable avec un vieux pote d’enfance qu’on aurait pas vu depuis un bon moment et nous ramene à la bonne époque de The Last Command ou Crimson Idol, un petit bain de jouvence en quelque sorte.La voix et le chant de Blackie sont à l'évidence une élément phare de l'album, celui-ci à gardé toute sa force vocale et de mélodiste. Ce nouvel album de W.A.S.P est d'une bonne qualité d'écriture et l'interprétation de chacun est hautement qualitative ce qui confére aux titres une efficacité indéniable et les soli notamment sur « Shotgun » et « Hero Of The World » pour ne citer qu'eux, viennent renforcer les ambiances Heavy Rock donnant aux compositions un caractére uniforme et homogéne.  

Trente ans de carriére et Sieur Lawless a encore des choses à nous dire, cet album est extrémement agréable à découvrir et ré-écouter. Ce n'est certes pas un album majeur dans la discographie du groupe comme L'album éponyme de 1984 ou Inside The Electric Circus ont pu l'être mais il se place dans le haut du panier et annonce du bon pour la suite de carrière de W.A.S.P. On sent de la générosité et du plaisir à créer, à jouer et franchement retrouver Blackie en si bonne forme et si créatif est réellement plaisant. Thumbs up!