We All Die (Laughing) - Tentoonstelling

Après l'excellent Thoughtscanning il y a sept mois, le duo franco-belge We All Die (Laughing) revient avec un nouvel essai : Tentoonstelling. Forcément conceptuel, cette œuvre a été écrite dans le but d'accompagner une exposition de Mathieu Drouet (Neurosis), d'être en quelque sorte le bruit de ses photos.

Il y a des jours où il ne vaut mieux pas trop se faire chier, surtout quand tu as déjà pris du temps pour écrire un titre de trente minutes, des paroles et un concept autour de celui-ci. On comprend aisément que l'effort de refournir un effort d'imagination est optionnel, c'est ainsi que le premier des deux titres qui composent Tentoonstelling se nomme simplement « Variation On The Scanning Of Thoughts ». Il faut dire que cela a le mérite d'être des plus clairs et concis. Car ce titre reprend les thèmes les plus posés du titre « Thoughtscan » n'en gardant que le piano, la basse et la batterie.

Dévoilant une ambiance encore plus lanciante et désolée que sur le morceau originale (il faut le faire!) mais délaissant complètement le chant de Arno Strobl (Carnival In Coal) qui n'aurait pas eu sa place ici. Une relecture fort réussie et très intéressante qui montre qu'un artiste est capable de revoir son œuvre avec recul et bienveillance. Les ennuis arrivent sur la deuxième piste de l'EP, « Grande Plage,OP. 1, Movement #1 : Noir » (là pour le coup ils se sont bien fait chiés pour le titre), car si « Variation » donnait à fond dans l'ambiant nous n'avons à faire ici qu'aux bruits du vent, du sable qui s'envole ou à effet très proche de la neige que produisait les télés de nos grands parents. Il est évident que ce morceau n'est pas vraiment dissociable de la photographie qu'il accompagne mais voyant le groupe le publier sur un EP je pensais tout de même que nous aurions droit à une vraie composition dans la lignée de ce que le duo avait proposé sur Thoughtscanning. Et pas de problème j'aime l'ambiant, j'aime parfois écouter une musique bien perchée qui pourrait presque me faire passer pour quelqu'un d'intelligent mais ici le processus va bien trop loin pour moi.

Alors pas de problème WAD(L) reste un projet des plus intéressants et singuliers, c'est juste que l'exercice brutiste mis en place pour cette exposition photo n'a pas vraiment sa place sur un album du groupe. Surtout lorsque le tout se montre étrangement long pour aussi peu de variation.

Tentoonstelling est la preuve de la folie et des corones de ses géniteurs, un opus qui ne va pas laisser indifférent et qui va même en rebuter plus d'un. « No compromise ! »