When Icarus Falls - Circles

When Icarus Falls est l'un des nouveaux espoirs de la scène suisse. Avec un EP (Over The Frozen Seas) en 2009 et un premier album en 2012 (Aegean), le quintet revient avec un second EP sous le bras : Circles. Nouveau manifeste de post-metal superbement barré.

Line-up :

Diego Mediano (chant)
Yann Cottier (guitare)
Luis Cordeiro (guitare)
Claude Humbert-Droz (basse)
Xavier Gigandet (batterie/claviers)

Les meilleurs combos suisses sont ceux qui ont une identité propre, un univers bien à eux. Samael, Coroner, Celtic Frost (par extention Tryptikon aujourd'hui) sont salués pour le talent qu'ils ont eu à imposer leur propre code. Il y a peu je vous parlais de The Burden Remains et voilà déjà que je me prends une nouvelle claque du plat pays : When Icarus Falls.

Le quintet livre le genre d'oeuvre (le mot n'est pas trop fort) qu'on a presque du mal à espérer. Circles est une pièce magnifique, aux frontières du psychédélique et de la shoegaze qui va parler aux fans de Neurosis et de Katatonia (ces guitares absolument sublimes !). Notamment dans la voix écorchée de Diego Mediano, pleine de désespoir et de rage (particulièrement sur « Nyx ») qui se rapproche du black metal. Une voix qui peut s'avérer difficile à appréhender et qui reste au final l'élément le plus « metal » de WIF.
Circles entraîne une écoute proche de la transe, un hypnotisme dû aux rythmiques ou aux différentes parties qui se répètent. Ce dès « Erechteion » (le premier qui renomme ce titre « Erection » prend mon pied dans ses parties génitales) et son break de percussions qui rappellent Kylesa ; avec la participation du producteur des batteries : Raphaël Bovey (Zatokrev, Abraham, The Burden Remains).

Diego y ajoute des vocaux prophétiques qui vous poursuivront encore à la fin de l'EP. Les claviers du batteur Xavier Gigandet grossissent le spectre musical et apporte surtout une mélancolie et un enchantement quasiment angélique de tous les instants (« Celestial Bodies »). « Nyx » lorgne plus du côté sludge de la force avec sa lourdeur écrasante, lui qui est une nouvelle version d'un titre de 2009 qui était sorti sur la compile Falling Down II. When Icarus Falls offre un univers magnifique (qui peut rappeller celui d'un Alcest) aux arrangements très fins qui font que même après pas mal d'écoutes on découvre encore des détails.

Circles est la manifestation d'une beauté nébuleuse et d'une fureur de vivre qui ne peuvent laisser indifférent. Un disque comme on aimerait en avoir plus souvent dans notre petit milieu étriqué.
Le combo a annoncé une pause après la prochaine tournée d'avirl/mai. Une pause qu'il faut espérer courte car un talent pareil ne peut être laisser aux oubliettes. Le monde a besoin de WIF.