W.I.L.D. - Happiness Is Not Allowed

W.I.L.D. ou Wake Initiated Lucid Dream, appelez les comme vous le souhaitez, fête leur dix ans d’existence. Quand il s’agit de célébrer un anniversaire de cette envergure, la bande de Fred Palatas ne font pas les choses à moitié ! Mais la formation de Death'n’Roll tenait avant toute chose à faire plaisir à ses fans en leur offrant un cadeau d’une taille assez considérable, un nouvel EP portant le nom de Happiness Is Not Allowed. Vous êtes donc tous conviés à la fête, mais ne montrez pas trop votre enthousiasme ! 

Toujours illustrée de sorte à ce que les musiques et les univers qu’elle diffuse soient en parfaite cohésion, la pochette, tel un billet d’invitation, n’a pas manqué de remplir son contrat grâce à son feutrage châtain pour le moins sombre immortalisant une figure en pleine méditation.    

Nous voilà arrivés à la beuverie ! Et ce n’est pas tous les jours que l’on est invités à un festin d’aussi bonne augure. Quelques faiseurs de troubles se sont même invités à la réception faisant de l’orgie un carnage psychanalytique. Il faut dire qu’avec de tels débauchés, à savoir Stephane Buriez (Loudblast), Arno (Black Bomb A), KK (Trepalium), Arno Strobl (Carnival In Coal), Julien Truchan (Benighted), Chuck (Ghusa) ou encore Sam Bourreau (ex-Hacride), cela ne pouvait pas tourner autrement. Pour le coup, avec de tels invités d’honneur, aucune mauvaise excuse n'est à l'ordre du jour pour ne pas se pointer à la réception ! 

Néanmoins, il s’agit bien là d’un EP de W.I.L.D. avec des compositions qui font l’apologie d’un savoir-faire exemplaire et d’une production digne dès les premiers samplers vocaux de « Inside » en guise d'amuse bouche. Après, l'apéro place au plat de résistance introduit par une guitare crue et une basse mielleuse. Vous l'aurez donc compris, la diversité est de rigueur chez W.I.LD.. Et avec une batterie, aux tempos souvent effrénés, qui cogne deux guitares teigneuses, le groupe semble avoir trouvé son équilibre. Comme quoi se faire plaisir peut aussi rimer avec pertinence et cohérence dans le milieu. 

L’avantage d’un tel EP réside dans son court temps de jeu. Ainsi, l’auditeur peut se surprendre en train de passer l’album en boucle et d’y découvrir par la suite les différentes facettes des titres comme « Ol Type X » ou même le Heavy/Thrashy/Death « Eternal Cycle ». Tout ça grâce à une production qui dévoile les différentes nappes sonores et rend compte des nombreuses capacités musicales de chacun des musiciens. Faites confiance à la musique de W.I.L.D. et vous ne serez jamais déçus. Certes, il s’agit là d’un EP qui ne tient que dans trente courtes minutes. Mais le groupe ne manquera d’exploiter les différentes personnalités de ses invités qui s’expriment sur les morceaux qui leurs ont été prescrits. Mention spéciale au groovy « Paranoid Schizophrénia » où les échanges vocaux entre Jérôme et Julien concordent parfaitement avec l’ambiance malsaine qui règne pendant toute la beuverie.

Et dire que même quand sonnent les derniers accords de « Davidian », reprise personnelle du tube Machine Head, nous ne sommes toujours pas dans l'autorisation de sourire… Dommage car vous l’aurez tout aussi bien compris que moi. W.I.L.D. n’a pas réellement fêté son anniversaire seul dans son coin. Jérôme et sa clique avaient bel et bien envie de remercier leur communauté de fans en lui offrant ce petit joyau fait-maison toujours en téléchargement libre sur Internet.

Pour télécharger et écouter l'album gratuitement, n'hésite pas à te rendre sur la page officielle du groupe !