Wildpath - Disclosure

Issue d'une collaboration entre Olivier Caron (guitare) et Alexis Garsault (clavier), Wildpath groupe de Metal sympho/électro est né il y a quatorze ans, et compte à son actif depuis 2004, deux démos et quatre albums.

Quatre ans après Undernearth, Wildpath nous revient donc en force avec son quatrième album Disclosure, et c'est peu de le dire tant le niveau est élevé.
Sombre et intriguant, c'est ce qu'annonce l'artwork de la pochette, qui n'est pas sans me rappeler la tour de Biff Tannen dans Retour Vers Le Futur 2 (Robert Zemeckis, 1989), vous aussi ?

Bon, et musicalement dans tout ça ?
Plongeons sans attendre dans l'univers du combo parisien avec "Concealed", une intro pleine de mélancolie, aux sonorités classiques et électroniques, qui me surprend agréablement.
L'album se poursuit, et de "Outcast" à "Disclosure", final éponyme, le groupe nous offre des compositions d'une qualité quasi irréprochable.
On retiendra notamment "Ignited" ou "Absentia", des morceaux apportant un petit côté speed avec ses riffs acérés.
"Petrichor" est également une des pièces maîtresses de cette œuvre, où s'entre-mêlent guitare et notes électro, le tout laissant entrevoir quelques notes de piano faisant référence à la mélancolie ressentie lors de l'intro.
"Hollow", est sans aucun doute mon coup de cœur personnel, ballade dans laquelle Nicolas, le bassiste, donne de la voix aux côtés de Marjolaine, nous offrant une performance à la limite de la perfection !

Wildpath a pris un risque en intégrant les éléments électro, la nouveauté de cet opus, apportant un nouveau souffle à leur musique est menée avec brio !
On en vient même à se demander pourquoi ils n'y ont pas pensé avant tellement c'est bon !
La voix de Nicolas sur certains refrains est également une nouveauté, relevant le côté sombre en apportant un brin de folie dans certains morceaux.

Disclosure est un album plus mûr, offrant un revirement musical plus que surprenant tant en terme de qualité et d'influences.
Certes moins épique que son prédécesseur Undernearth, ce qui pourrait déplaire à certains, mais qui est tout de même largement meilleur à mon goût.
On constate également plus d'assurance et de maturité dans le timbre de voix de Marjolaine, malheureusement, le niveau de la production beaucoup trop légère nous empêche de l'apprécier à sa juste valeur.
Et il en va de même par rapport aux capacités musicales de notre combo, certains instruments donnent l'impression d'être sous mixés, empêchant de révéler toute la puissance dont ils sont capables.
Espérons leur une production avec de meilleurs moyens pour l'avenir et ce sera parfait.

En conclusion, Wildpath réussit son pari ambitieux en nous proposant cette oeuvre très diversifiée et originale, en s'éloignant des styles des précédents albums avec succès.
Une référence à en devenir, et de quoi en faire pâlir les grands noms comme Nightwish.