Witchcraft - Nucleus

 

Avec Legend il y a quatre ans, Witchcraft m'a tué. Durant ces quatre années il ne s'est pas passé beaucoup de mois sans que j'écoute au moins une fois ce disque fabuleux. Avec celui-ci les suédois proposaient un heavy rock de classe internationale qui malgré tout son côté rétro était pleinement actuel.

Autant dire que j'attendais son successeur avec une impatience non feinte et comme pour me mettre en garde le groupe a publié le single « The Outcast » il y a un mois et demi. Arrangement de flûte de pan (Magnus Pelander assume pleinement son statut de hippie) probablement destiné à faire chier les métalleux, titre divisé en deux parties bien disctinctes. Voilà un premier extrait qui déstabilise. Et c'est le cas de Nucleus dans son entièreté !

Loin de se reposer sur ses acquis et de proposer un nouveau Legend, Magnus propose un album beaucoup plus ambient. Avec deux morceaux qui cumulent à plus de trente minutes de musique et un premier titre de huit minutes, le ton est donné. Fini donc les titres efficaces aux structures simples et les refrains lyriques qui faisaient la force de Legend. Ici tout est dans les ambiances subtiles et dans le chant habité et vacillant de Magnus. Et je dois dire qu'à la première écoute je me suis senti floué, car il faut de nombreuses écoutes pour apprécier toutes les subtilités et faire l'impasse sur quelques longueurs pas toujours bien maîtrisées.

Les différentes « parties » des compos s'enchaînent parfois de manière très bancales, difficile de passer outre ces nombreux silences qui précèdent un changement de couplet. Impossible en même temps de ne pas s'extasier devant les nouvelles prouesse vocales de Magnus dont le timbre si particulier colle parfaitement à ces titres lents et déprimés.

Car en plus de proposer un visage plus ambiant, Witchcraft revient à ses premiers amours et retrouve bien souvent ses racines doom (« Maelstrom », « An Exorcism Of Doubt »...).

Finalement c'est bien « The Outcast » le titre le moins sombre et le plus immédiat de ce quatrième album.

De bons points pour la prise de risque mais un résultat en demi teinte. Toujours aussi torturé mais moins enchanteur, les suédois ont su mêlé toutes leurs influences et proposé un album très personnel. Si vous avez aimé Legend le risque de déception est là mais il serait dommage de ne pas essayer de se faire happer dans cet atome plus complexe, tout en finesse.